Réservé aux abonnés

Le gouvernement espagnol veut réformer sa justice universelle

Les juges ne pourront plus poursuivre les autocrates du monde entier. Quinze dossiers ouverts par l'Audience nationale sont menacés d'être archivés.
07 août 2015, 13:23
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_7801282.jpg

Cela ressemble à une course olympique. Dans un premier couloir, les juges espagnols, pressés d'asseoir les grands tortionnaires du monde sur le banc des accusés. Lundi dernier, l'Audience nationale, la plus haute juridiction pénale, a lancé un mandat d'arrêt international contre cinq dignitaires chinois, dont l'ex-président Jiang Zemin et l'ex-premier ministre Li Peng, pour génocide, torture et crimes contre l'humanité au Tibet.

En face, les députés du Parti populaire (PP, droite), la formation...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois