Le maire de Rome enregistre 16 mariages gays

Ignazio Marino, le maire de Rome, a défié la loi italienne samedi en enregistrant le mariage de seize couples homosexuels dans les registres de la ville.
07 août 2015, 14:20
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Les couples sont venus les uns après les autres pour faire transcrire leur union dans les registres des mariages de la ville.

Le maire de Rome, Ignazio Marino, a enregistré samedi seize mariages homosexuels conclus à l'étranger, alors que la loi italienne ne le permet pas. Cette cérémonie au Palais du Capitole s'est déroulée alors même que, de l'autre côté du Tibre, les évêques du monde entier débattaient de la famille et de l'accueil des homosexuels dans l'Eglise catholique.

Les couples, accompagnés de leurs familles et parfois de jeunes enfants, sont venus les uns après les autres pour faire transcrire leur union dans les registres des mariages de la ville. M. Marino, membre du parti démocrate (PD, gauche), a qualifié ces enregistrements de simples actes d'état civil.

Le préfecture de Rome a aussitôt réagi en appelant à annuler ces enregistrements, qui sont illégaux et non valides selon la loi italienne, le mariage gay n'étant pas reconnu. Sur Faceboook, le ministre de l'Intérieur Angelino Alfano (centre-droit) a "rappelé que cela n'est pas possible en vertu de la loi italienne".

Le diocèse de Rome a de son côté critiqué dans sa revue hebdomadaire "Roma Sette" "le choix idéologique" et "l'affront institutionnel" que constitue l'attitude du maire.

Dans l'Eglise catholique, un débat passionné s'est engagé lors du synode sur l'accueil dans l'Eglise des homosexuels, longtemps méprisés et condamnés. Mais aucun des quelque 200 prélats, même les plus ouverts, n'a défendu durant les travaux le mariage entre homosexuels. Le mariage doit être contracté, selon la doctrine catholique, entre un homme et une femme.