Le parlement ne suit pas le président Orban qui voulait empêcher l'UE de renvoyer des migrants en Hongrie

La Hongrie a l'une des politiques migratoires les plus strictes d'Europe. Mais son président Viktor Orban voulait la durcir davantage en modifiant la constitution pour empêcher l'Union européenne de renvoyer des migrants dans son pays.
08 nov. 2016, 10:33
/ Màj. le 08 nov. 2016 à 10:50
La Hongrie a déjà l'une des politiques migratoires les plus dures d'Europe.

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a échoué mardi à faire inscrire sa politique hostile aux migrants dans la Constitution. Le parlement a rejeté une révision en ce sens de la Loi fondamentale.

Le parti conservateur Fidesz de M. Orban a manqué de deux voix la majorité des deux tiers nécessaire pour faire passer cet amendement rendant illégale, en droit hongrois, la relocalisation par l'UE de réfugiés en Hongrie. Il n'a obtenu le soutien ni des députés de gauche, ni de ceux de l'extrême droite.

L'initiative a été prise par le Premier ministre dans la foulée de son référendum invalidé contre le mécanisme européen de répartition des réfugiés, début octobre. Cette consultation n'avait pas atteint le quorum de 50% des votants nécessaire pour avoir force légale.

 

M. Orban y voyait toutefois un plébiscite pour sa politique antimigrants car le non aux réinstallations de réfugiés a recueilli 98,3% des voix exprimées. Il estimait légitime de graver le vote de ces 3,3 millions d'électeurs dans la Constitution.