Législatives françaises: les bureaux de vote ont ouvert leurs portes pour le premier tour

Aujourd'hui, les habitants de l'Hexagone doivent désigner leurs 577 députés. Les bureaux de vote ont ouvert à 8 heures. Les sondages prédisent un net succès du mouvement du président Emmanuel Macron.
11 juin 2017, 08:36
/ Màj. le 11 juin 2017 à 08:37
Plus de 47 millions de Français sont appelés à voter pour désigner leurs 577 députés jusqu'à 20h00. (illustration)

Les bureaux de vote ont ouvert à 08h00 dimanche en France métropolitaine pour le premier tour des élections législatives, un mois après l'élection du nouveau président centriste. Emmanuel Macron cherche à y obtenir une large majorité pour conduire ses réformes.

Plus de 47 millions de Français sont appelés à voter pour désigner leurs 577 députés jusqu'à 20h00. Comme pour la présidentielle, le scrutin est placé sous haute protection policière avec la mobilisation de 50'000 policiers et gendarmes, alors que la France est confrontée depuis 2015 à une vague d'attentats islamistes qui a fait 239 morts.

Dimanche prochain

Pour être élu au premier tour, un candidat doit réunir la majorité absolue des suffrages exprimés et un nombre de suffrages égal au quart des électeurs inscrits. Au deuxième tour, qui aura lieu dimanche prochain, seule la majorité relative est requise.

Seuls peuvent se maintenir au second tour les deux candidats arrivés en tête, ainsi que ceux qui ont obtenu les suffrages d'au moins 12,5% des électeurs inscrits. Cela peut donc donner lieu à des triangulaires.

 

 

Abstention décisive

Les sondages prédisent un net succès au parti présidentiel de la République en marche (REM). Mais l'abstention pourrait atteindre un niveau record sous la Ve République, ce qui introduit un élément d'incertitude. Elle est évaluée entre 40% et 51% dans les dernières enquêtes.

Les électeurs ultramarins d'Amérique, consultés dès samedi, se sont pour la plupart moins mobilisés qu'il y a cinq ans, à l'exception de l'archipel de Saint-Pierre et Miquelon (59% de participation), où la ministre des Outres-Mer Annick Girardin (Parti radical de gauche, PRG), a été mise en ballottage. En 2012, elle avait été élue dès le premier tour.