Les ambitions de Heineken en Asie contrariées par un Thaïlandais

Le brasseur Heineken devra affronter le thaïlandais ThaiBev dans sa conquête du juteux marché asiatique de la bière.
06 août 2015, 14:21
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Visitors lift their beer mugs in the Hofbraeuhaus-tent after the opening of the famous Bavarian "Oktoberfest" beer festival in a beer tent in Munich, southern Germany, on Saturday, Sept.17, 2011. The world's largest beer festival, to be held from Sept. 17 to Oct. 3, 2011 will see some millions visitors. (AP Photo/Matthias Schrader)

Le thailandais ThaiBev a mis 5,5 milliards d'euros sur la table vendredi pour arracher le contrôle de F&N, propriétaire de la célèbre bière Tiger, aussi convoité par le néerlandais Heineken.

Thai Beverage (ThaiBev) a indiqué dans un communiqué qu'il offrait 8,88 dollars de Singapour par action pour les 70% de F&N qu'il ne possède pas encore, soit un prix total de 8,7 milliards de dollars singapouriens (près de 6,7 milliards de francs).
 
Le lancement de cette OPA était rendu nécessaire après que le groupe, qui appartient au milliardaire thaïlandais Charoen Sirivadhanabhakdi, eut dépassé le seuil des 30% du capital. L'opération est menée via TCC Assets, partenaire de ThaiBev également contrôlé par M.Charoen.
 
L'OPA, tout en numéraire, vient compliquer les ambitions de Heineken dans la région: le brasseur néerlandais a déjà fait une offre sur F&N mais seulement sur les 40% qu'il ne détient pas dans Asia Pacific Breweries (APB).
 
Marque populaire
 
Ce dernier produit la bière Tiger, immensément populaire dans le continent, ainsi que 30 brasseries dans 14 pays. D'où l'ambition de Heineken d'en faire le fer de lance de sa conquête d'un marché asiatique en pleine expansion, tandis que la demande en Europe reste atone.
 
Heineken avait déjà dû améliorer une première offre après une surenchère de ThaiBev sur ces 40%. Le néerlandais propose dorénavant 5,6 milliards de dollars singapouriens, contre 5,1 milliards dans l'offre initiale, pour le rachat des parts de F&N dans APB. Heineken possède déjà 42% d'APB.
 
Les actionnaires de F&N doivent se prononcer le 28 septembre sur l'offre améliorée de Heineken, que le conseil d'administration de F&N a déjà recommandée.
 
La bière représente un peu plus de 40% du chiffre d'affaires de F&N, qui dépassait les 3 milliards de dollars sur les neufs premiers mois de l'année, les autres boissons près de 30% tandis que l'immobilier pesait 21% environ.
 
Une OPA réussie de ThaiBev pourrait cependant ne pas nécessairement empêcher la prise de contrôle d'APB par Heineken, soulignent les analystes.
 
Ventes en morceaux
 
"ThaiBev pourrait vouloir vendre à Heineken la part de F&N dans APB avant de revendre en morceaux F&N", un conglomérat à la tête d'un juteux portefeuille, notamment immobilier, a souligné Justin Harper, analyste chez IG Markets Singapore. Le patrimoine immobilier de F&N s'élève à 8 milliards de dollars américains.
 
"Mais ThaiBev pourrait également vouloir prendre le contrôle de F&N pour l'empêcher de vendre sa part dans APB à Heineken. Les deux scénarios sont tout autant probables", a-t-il ajouté.
 
Outre sa position de contrôle dans APB, F&N serait un véritable trésor pour M. Charoen. Troisième fortune de Thaïlande avec un patriminoie évalué à 6,2 milliards de dollars, selon le magazine Forbes, le milliardaire a fait sa fortune dans les boissons, même si son empire s'étend maintenant au-delà.
 
ThaiBev produit ainsi une autre bière très prisée dans la région, la Chang.