Les médias américains saluent mais les attentes sont énormes

De nombreux médias américains saluaient la victoire de Barack Obama. Mais la plupart des éditorialistes et commentateurs politiques attendent beaucoup du second mandat du 44e président des Etats-Unis.
06 août 2015, 15:02
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
capture__________

Le "Chicago Tribune" félicite Barack Obama dans son éditorial, mais l'invite à revenir très vite au boulot. Le grand journal de l'Illinois, l'Etat du président, espère que ce dernier sera capable de corriger les erreurs de son premier mandat et éviter les paralysies au Congrès américain.

Le magazine de Boston "The Atlantic" compte aussi sur un "Nouvel Obama" pour les quatre prochaines années. Le mensuel a bon espoir que le locataire de la Maison Blanche arrive à se libérer de la prison dans laquelle il était enfermé lors de son premier mandat.
 
 
Un véritable second mandat?
 
Mais comme plusieurs médias, le "Los Angeles Times" se demande si les deux camps politiques arriveront à collaborer ensemble pour faire avancer de nombreux dossiers en plan. Le succès du second mandat de M. Obama dépend de cette capacité à faire des compromis au Congrès.
 
L'hebdomadaire politique "National Journal" craint lui que M. Obama ait été réélu sans véritable mandat. Bâtir des compromis ne sera pas une sinécure sur fond de polarisation politique et dans le public aussi. Il préfère parler d'une "seconde chance".
 
Même son de cloche avec le populaire et conservateur "New York Post" qui soutenait officiellement le candidat républicain Mitt Romney. S'il évoque dans un premier temps une victoire historique de Barack Obama et lui transmet ses sincères félicitations, il refuse de voire cette victoire comme un blanc-seing, restant très critique sur le premier mandant. Là aussi, il voit plutôt une "seconde chance" pour corriger les erreurs passées.
 
A Obama d'asseoir son héritage
 
Pour le "New York Times", le succès de M. Obama est en revanche une reconnaissance de ses politiques économique et intérieure ainsi qu'une approbation de ses positions modérées sur l'immigration, l'avortement et le mariage gay. C'est une répudiation clair de l'héritage des années conservatrice Reagan. Le journal se demande jusqu'où le président démocrate osera-t-il aller dans ses positions pour son second mandat.
 
Le "Washington Post" estime lui que c'est une grande nuit pour les démocrates et le courant libéral. Mais le gros du travail commence vraiment maintenant, selon le journal. Après avoir hérité d'une situation économique chaotique, M. Obama a désormais quatre années supplémentaires pour laisser un héritage positif.
 
L'hebdomadaire "The New Republic" se réjouit que la réélection de Barack Obama lui permettra d'asseoir ses premières réformes et d'en poursuivre d'autres. Il pourrait devenir l'un des présidents les plus accomplis de l'histoire moderne des Etats-Unis et influencer de manière fondamentale les générations du futur.
 
GOP déchiré?
 
Le "Weekly Standard" ne cache pas sa déception et qualifie simplement ce scrutin "d'élection du statu quo", anticipant de nouvelles confrontations partisanes. L'hebdomadaire néoconservateur ne fait pas confiance à Barack Obama, qu'il accuse d'avoir ouvert des plaies qui seront longues à cicatriser.
 
La très conservatrice "National Review", un brin mauvaise perdante, se plaît à insister sur l'éclosion de deux Amériques, un pays complètement divisé, sans plus aucune cohésion nationale. Dans une analyse, "The Wall Sreet Journal" craint que la défaite du Grand Old Party (GOP) laisse les républicains à un tournant, entre divisions internes et nécessaire remise en question.