Les Pussy Riot en route vers les camps

Les deux jeunes femmes membres des Pussy Riot, sont en route vers les camps à plusieurs centaines de kilomètres à l'est de Moscou. Elles devront y passer deux ans.
06 août 2015, 14:54
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
FILE - In this file photo taken on Wednesday, Aug. 8, 2012, feminist punk group Pussy Riot members, from left, Nadezhda Tolokonnikova, Maria Alekhina and Yekaterina Samutsevich sit in a glass cage at a court room in Moscow, Russia. A Russian court is set to hear Monday, Oct. 1, an appeal filed by three jailed members of the rock band Pussy Riot, who have been sentenced to two years for performing a "punk prayer" against President Vladimir Putin at Moscow's main cathedral. (AP Photo/Alexander Zemlianichenko, File)

Les deux jeunes femmes membres du groupe russe Pussy Riot récemment condamnées à deux ans de camp ont été envoyées dans des sites éloignés de Moscou, dans les régions de Perm et de Mordovie, a indiqué lundi leur avocate. Elles ont été reconnues coupables après une prière anti-Poutine dans une cathédrale.

"Des proches sont venus leur apporter des provisions et ils ont appris que Nadejda Tolokonnikova avait été envoyée vers la région de Mordovie (500 km à l'est de Moscou, NDLR) et que Maria Alekhina avait été envoyée dans la région de Perm (Oural)", a déclaré à l'AFP l'avocate Violetta Volkova, précisant que leur départ avait eu lieu samedi.

Les jeunes femmes sont encore en route vers ces camps, a-t-elle également ajouté.

Nadejda Tolokonnikova, 22 ans, Maria Alekhina, 24 ans, et une troisième membre du groupe, Ekaterina Samoutsevitch, 30 ans, avaient été condamnées en août à deux ans de camp pour "hooliganisme" et "incitation à la haine religieuse" après avoir chanté en février une "prière-punk" contre le président russe Vladimir Poutine dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou.

La condamnation de Mme Tolokonnikova et de Mme Alekhina a été confirmée en appel le 10 octobre, tandis que Mme Samoutsevich a vu sa peine commuée en sursis et a été libérée à l'issue du procès.

L'affaire a eu un grand retentissement et nombreux sont ceux qui critiquent une condamnation disproportionnée par rapport aux faits reprochés.