Les violences continuent en Afghanistan 15 ans après l'offensive américaine

Il y a 15 ans les États-Unis lançaient leur offensive militaire en Afghanistan. Aujourd'hui le bilan du nombre de morts se chiffre en dizaines de milliers et les violences se poursuivent.
07 oct. 2016, 15:21
/ Màj. le 07 oct. 2016 à 15:44
Les pertes militaires au sein de la coalition s'élevaient fin 2014 à 3'500 morts.

Un mois après les attentats du 11 Septembre 2001 et leurs 3'000 morts, les États-Unis déclenchaient une "guerre contre le terrorisme" contre les talibans en Afghanistan. Quinze ans plus tard, les violences continuent de faire chaque année des milliers de victimes.

L'intervention militaire américaine en Afghanistan est devenue la plus longue depuis le Vietnam. Et la plus coûteuse, dépassant les 1'000 milliards de dollars.

Le conflit continue à déstabiliser le pays. Les talibans, en pleine résurgence, ont enregistré d'importantes avancées en 2015 face à l'armée afghane, désormais aux avant-postes depuis la fin de la mission de combat de l'Otan en 2014.

Des officiers américains estimaient récemment que la situation était "dans l'impasse". Face à cette menace, le président Barack Obama a dû ralentir le retrait des troupes américaines.

Un record de plus de 5'100 victimes civiles, dont 1'600 morts, a été enregistré au seul premier semestre 2016, selon les Nations unies, après plus de 11'000 morts et blessés en 2015. Ils sont victimes des attentats, mines et combats entre insurgés et forces gouvernementales et occidentales qui ont affecté 31 des 34 provinces.

Présence maintenue

Mais le bilan humain de ces quinze années reste impossible à établir, personne n'ayant comptabilisé les morts afghans les premières années du conflit. Depuis 2009, la Mission d'assistance de l'ONU à l'Afghanistan (Manua), qui conduit ce travail, a dénombré 23'000 morts et 41'000 blessés.

La présence militaire étrangère a culminé en 2012 avec plus de 150'000 hommes déployés, dont 100'000 Américains. La majorité des forces de l'Otan se sont retirées fin 2014.

Mais Washington a décidé de maintenir 8'400 soldats en 2017, face à la multiplication des attaques talibanes, pour ne pas laisser seules au front les forces afghanes, 350'000 soldats et policiers, dont 18'000 forces spéciales réellement entraînées et équipées.

Les pertes militaires au sein de la coalition s'élevaient fin 2014 à 3'500 morts et plus de 33'000 blessés.