Letta dit que le gouvernement est crucial pour la reprise

Personne ne doit saboter les efforts de l'Italie pour sortir de la crise, a averti dimanche le président du Conseil italien Enrico Letta. Les médias transalpins prêtent à Silvio Berlusconi l'intention de faire chuter le gouvernement s'il est exclu du Sénat en octobre prochain.
07 août 2015, 11:41
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
ARCHIV: The Italian flag is raised in front of a statue of the Virgin Mary, seen in background, in Rome, to mark the 150 anniversary of Italy's unification (Foto vom 16.03.11). Die Ratingagentur Fitch hat am Freitag (07.10.11) die Kreditwuerdigkeit Italiens herabgestuft. Als Begruendung wurden Versaeumnisse der Regierung im Umgang mit der Finanzkrise angefuehrt. (zu dapd-Text) Foto: Gregorio Borgia/AP/dapd

«Personne ne devrait bloquer le chemin vertueux que nous avons  entamé», a déclaré Enrico Letta dans son premier grand discours  depuis la confirmation de la condamnation de Silvio Berlusconi à  quatre ans de prison, réduits à un an, pour fraude fiscale. 

«Une sortie de crise est à notre portée», a déclaré Enrico  Letta, pour qui «les Italiens puniront quiconque place ses intérêts  personnels avant le bien commun, qui est de sortir de la crise».

M. Letta, du Parti démocrate, est lui soutenu par le Peuple de  la liberté (PDL) de M. Berlusconi mais les deux formations sont  souvent en désaccord depuis la constitution du gouvernement il y a  quatre mois.  
La commission sénatoriale chargée de se prononcer sur  l'exclusion de Silvio Berlusconi du Sénat en raison de sa  condamnation par la justice ne devrait elle pas prendre de décision  avant septembre. La chambre haute se prononcera ensuite par un vote  en séance plénière.