Liban: nouveaux heurts entre forces de l'ordre et manifestants à Beyrouth

L'explosion qui a dévasté Beyrouth a incité la population à descendre dans la rue. Pour la deuxième journée consécutive, les habitants de la capitale libanaise ont réclamé des comptes aux autorités et ont pris à partie les forces de l'ordre.
09 août 2020, 19:22
/ Màj. le 09 août 2020 à 19:22
La colère semble désormais dominer dans le coeur des Libanais, comme ici à Beyrouth, où des manifestants s'en sont pris aux forces de l'ordre pour la deuxième journée consécutive.

Des nouveaux heurts ont éclaté dimanche soir dans le centre de Beyrouth entre les forces de l'ordre et un groupe de manifestants. C'est la seconde journée consécutive d'affrontements après l'explosion meurtrière au port de la capitale libanaise.

 

 

Sur une avenue menant au Parlement, les manifestants ont jeté des pierres et tiré des feux d'artifice en direction de la police qui a répliqué avec des tirs de gaz lacrymogènes pour tenter de les disperser, a constaté un correspondant de l'AFP au lendemain de heurts similaires ayant fait des dizaines de blessés.

Face à l'ampleur du drame et l'ire de la population, qui réclame le départ depuis des mois de l'ensemble d'une classe dirigeante accusée de corruption, d'incompétence et de négligence, la ministre de l'Information, Manal Abdel Samad, a présenté sa démission.

 

 

Selon des médias locaux, le Premier ministre Hassan Diab a lui rencontré plusieurs membres de son gouvernement et examine encore la situation avant de trancher sur une éventuelle démission collective de son cabinet.

Dans le sillage de son déplacement jeudi dans la capitale libanaise sinistrée, le président français Emmanuel Macron a de son côté appelé à "agir vite et avec efficacité" pour que l'aide "aille très directement et en toute transparence à la population", lors d'une visioconférence internationale de soutien au Liban meurtri.

 

 

"Les participants ont convenu que leur assistance devrait (...) être bien coordonnée sous l'égide des Nations unies et fournie directement à la population libanaise, avec le maximum d'efficacité et de transparence", ont déclaré les représentants d'une trentaine de pays, dont Donald Trump et Emmanuel Macron, dans un communiqué à l'issue de la réunion.

Ils ont aussi insisté sur la nécessité d'une "enquête impartiale, crédible et indépendante" sur les circonstances de la catastrophe et proposé une assistance aux autorités libanaises en ce sens.