Libye: la marine américaine dépêche deux destroyers après l'attaque du consulat

L'attaque de consulat de Benghazi aurait été planifiée, estime le gouvernement américain. Il dépêche deux destroyers au large de la Libye par mesure préventive.
06 août 2015, 14:21
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Suite a l'attaque du consulat US de Benghazi, les Américains envoient deux destroyers au large de la Libye.

La marine américaine a ordonné mercredi à deux navires de faire route vers les côtes libyennes après le décès la veille de l'ambassadeur des Etats-Unis dans l'attaque du consulat américain à Benghazi (est de la Libye). Selon Washington, ces violences auraient été planifiées.

"Deux destroyers vont être à proximité de la Libye, mais simplement par mesure préventive", a déclaré un haut gradé américain.

Plus tôt dans la journée, les Etats-Unis avaient également annoncé le déploiement d'une équipe d'une cinquantaine de Marines spécialisés dans la lutte antiterroriste en Libye, après l'attaque qui a coûté la vie à quatre Américains dont l'ambassadeur.

Un responsable américain avait auparavant dit (lire l'encadré ci dessous) sous couvert de l'anonymat qu'un assaut planifié à l'origine du décès de l'ambassadeur américain "est l'hypothèse de travail en ce moment". Selon cette source, les extrémistes se sont servis de manifestants qui protestaient contre un film anti-islam comme d'un prétexte pour s'en prendre au consulat américain avec des armes de petit calibre mais aussi des lance-roquettes.

Feu évoqué

Le président républicain de la commission du renseignement au Congrès américain, Mike Rogers, a lui clairement pointé du doigt Al-Qaïda.

"Depuis des mois on a vu Al-Qaïda chercher des cibles occidentales, partout en Afrique du nord. Nous avons observé certaines activités qui nous permettent de penser aujourd'hui qu'il s'agit d'un groupe affilié à Al-Qaïda", a-t-il encore ajouté sur la chaîne de télévision CNN.

D'autres responsables américains s'exprimant sous couvert d'anonymat ont parlé d'une "attaque complexe" tout en refusant de se prononcer sur l'identité de ses auteurs.

Du fait de la confusion et de l'incendie, les services de sécurité ont été séparés de l'ambassadeur Christopher Stevens au cours de l'attaque, ont indiqué des sources officielles à Washington.

Mesure par Obama

L'agent de sécurité est finalement parvenu à sortir du consulat avant d'y revenir avec de l'aide pour chercher les membres du personnel diplomatique qui manquaient à l'appel.

A ce moment-là, ils ont trouvé un des Américains décédés. "Il était déjà mort et ils l'ont sorti du bâtiment. Ils n'ont pas pu localiser Chris (Stevens) avant de devoir sortir à cause de l'incendie, de la fumée et des tirs continus d'armes légères", a poursuivi le responsable.

Des responsables américains et libyens assurent qu'un second assaut lancé contre le lieu où les diplomates ont été conduits après le début de l'attaque a été mené de façon professionnelle.

Par ailleurs, le président Barack Obama a ordonné de revoir les mesures de sécurité autour de toutes les missions diplomatiques américaines.

Il a estimé que le gouvernement égyptien actuel n'était ni l'allié, ni l'ennemi des Etats-Unis. Il a mis en garde contre un "vrai gros problème" si jamais Le Caire ne protégeait pas l'ambassade américaine sur place après les manifestations.

Accusation lancée

Pour la seconde soirée consécutive, des islamistes ont manifesté devant l'ambassade des Etats-Unis au Caire, après un appel des autorités à la retenue. Les puissants Frères musulmans ont appelé à un rassemblement vendredi à travers l'Egypte.

Les protestations contre le film "Innocence of Muslims" ("L'innocence des musulmans") ont commencé à faire tâche d'huile avec des rassemblements devant des représentations américaines à Casablanca, Tunis et Khartoum. Une manifestation est prévue jeudi à Téhéran devant l'ambassade de Suisse qui représente les intérêts américains.

Et M. Obama a accusé Mitt Romney de "tirer d'abord et viser ensuite" en matière de politique étrangère, après que son adversaire républicain eut critiqué la réaction de l'administration aux attaques anti-américaines en Libye et en Egypte.

Mesure lancée par la Libye

M. Romney a évoqué des "signaux ambigus" dans la réaction de l'administraition Obama.

Le républicain évoquait en particulier un communiqué de l'ambassade des Etats-Unis au Caire qui condamnait le film à l'origine des manifestations en Egypte et en Libye. Il avait déjà critiqué la réaction de l'administration Obama mardi soir.

Les autorités libyennes ont elles présenté leurs excuses aux Etats-Unis et accusé à la fois les partisans du régime déchu de Mouammar Kadhafi et Al-Qaïda après cette attaque intervenue mardi soir.