Réservé aux abonnés

Londres, refuge des riches Italiens et Grecs fuyant la crise

Les investisseurs immobiliers viennent du sud de l'Europe.
05 août 2015, 15:54
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_5840823

Les Russes étaient jusque-là imbattables. Depuis cinq ans, ils étaient les principaux acheteurs derrière les Britanniques dans le centre de Londres. En 2012, il faudra compter avec les Italiens et les Grecs.

Les Italiens représentent, selon une étude de l'agent immobilier Knight Frank, 7,3% des acquisitions depuis le début de l'année, devançant les Russes, à 7,2%. Leur acquisition moyenne surtout à Fulham, Chelsea, South Kensington ou Notting Hill, s'élève à 2,4 millions d'euros, un chiffre moins spectaculaire que celle des Russes, à 5,8 millions d'euros en moyenne. Mais les Italiens ont été ...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonnés

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de 300 CHF par an