Réservé aux abonnés

Lourdement bombardée, Alep se vide

Ils seraient des dizaines de milliers à fuir le nord syrien depuis l’offensive conjointe de l’armée d’Assad et de la Russie.
26 oct. 2015, 00:26
/ Màj. le 26 oct. 2015 à 00:01
FILE - In this Tuesday, Dec. 4, 2012 file photo, Syrians walk past damaged homes during heavy fighting between Free Syrian Army fighters and government forces in Aleppo, Syria. Christians, who make up about 10 percent of Syria's population of more than 22 million, say they are particularly vulnerable to the violence that has been sweeping the country since March 2011. They are fearful that Syria will become another Iraq, with Christians caught in the crossfire between rival Islamic groups. (AP Photo/Narciso Contreras, File) Mideast Syria Christan Fears

C’est un cri d’alarme. Celui d’un homme qui, durant plus de quatre ans, a vu les aspirations démocratiques de son peuple se fracasser, les unes après les autres, contre le mur de la répression du régime, puis de l’essor de l’État islamique. Une descente aux enfers aujourd’hui exacerbée par l’intervention russe pro-Assad, et qui trouve en la ville d’Alep, au nord-ouest de la Syrie, la plus tragique des illustrations. «Le secteur sud de la province d’Alep est sans cesse pilonné. Une pluie de frappes ininterrompues, 24 heures sur 24! Le ciel est encombré d’avions de combats, d’hélicoptè...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois