Libye: les forces pro-gouvernementales gagnent du terrain face aux islamistes

Les groupes islamistes ont perdu du terrain dans la région de Benghazi. Les forces pro-gouvernementales auraient également repris le contrôle d'un point stratégique, le port de Marisa. La situation reste chaotique dans le pays.
22 févr. 2016, 07:36
/ Màj. le 22 févr. 2016 à 07:44
Le pays est ravagé par la guerre depuis la chute du dictateur Mouammar Kadhafi.

Les forces fidèles au gouvernement réfugié dans l'est de la Libye ont annoncé dimanche avoir progressé face aux groupes islamistes dans plusieurs secteurs de Benghazi. Elles ont dit avoir pris le contrôle du port stratégique de Marisa.

L'Armée nationale libyenne (ANL) a également annoncé avoir pris la ville d'Ajdabiya, à 150 km au sud de Benghazi. Mounthir al Khartouch, porte-parole du bataillon 309 de l'ANL, a ajouté que l'armée avait aussi occupé le quartier d'Al Halis, près du port de Marisa, et progressait dans celui de Boatni, où de violents combats se sont déroulés samedi.

Les affrontements de dimanche ont fait au moins trois morts dans les rangs de l'ANL et 15 parmi les islamistes, ajoutent les militaires.

La prise de Marisa est d'une grande importance pour l'armée, car ce port permettait aux insurgés islamistes de Benghazi d'être ravitaillés en armes et en munitions. "En prenant Marisa, nous avons totalement coupé les lignes d'approvisionnement des groupes islamistes positionnés à l'ouest de Benghazi", a souligné le porte-parole du bataillon 309 de l'ANL.

Des sources militaires ont aussi fait état de la prise de l'hôpital Al Haouari dans le nord de Benghazi.

Ajdabiya sous le feu

A Ajdabiya, un autre porte-parole de l'ANL, Akram Bouhalika, a précisé que les islamistes avaient été chassés des derniers secteurs qu'ils contrôlaient, autour de la rue Galouz et de la zone industrielle. L'information a été confirmée à Reuters par un habitant.

Selon une source médicale, les combats à Ajdabiya ont fait 65 morts et 140 blessés au cours de ces deux derniers mois.

Benghazi, capitale de la Cyrénaïque d'où était parti en 2011 le soulèvement contre Mouammar Kadhafi, est depuis plusieurs mois le théâtre d'une lutte féroce entre les forces de l'ANL du général Khalifa Haftar et une alliance de combattants islamistes et d'anciens rebelles anti-Kadhafi.