Madrid: des milliers de personnes manifestent contre l'austérité

"Pain, travail, toit et dignité": c'est avec ces slogans que des milliers de personnes sont descendues dans les rues de Madrid samedi pour réclamer une vie digne.
07 août 2015, 15:13
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Protestors carry banners reading "Food, jobs and a roof with dignity. Working for a general strike" during a "Dignity March" to protest against the Government in Madrid, Spain, Saturday, March 21, 2015. Thousands from different parts of Spain marched towards the Capital to join a large anti-austerity demonstration to express their anger at government financial cuts, its housing rights policies, and the high unemployment rates and to protest the Transatlantic Trade and Investment Partnership (TTIP) a proposed free trade agreement between the European Union and the United States. (AP Photo/Andres Kudacki)

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté samedi à Madrid lors de "marches pour la dignité". Ils ont dénoncé les effets de l'austérité, à la veille d'élections régionales en Andalousie qui font figure de test face à la vague de mécontentement.

"Pain, travail, toit et dignité", lisait-on sur une grande banderole tenue par des manifestants en tête d'une des marches. Quelques dizaines de milliers de manifestants dénonçaient les effets des politiques d'austérité qui ont entraîné des coupes claires en matière d'éducation, de santé publique ou encore d'aides sociales, à hauteur de près de 150 milliards d'euros entre 2012 et 2014.

Ils ont conflué, en provenance de différents points de Madrid, vers la place de Colon dans le centre à 18h00, et la manifestation s'est dispersée vers 21 heures dans le calme, hormis quelques groupes qui ont vandalisé du mobilier urbain dans le centre historique. Dix-sept personnes ont été interpellées pour des désordres, conteneurs brûlés ou jets de pétards, selon la police qui n'a fait état d'aucun blessé.

Les premières grandes "marches pour la dignité", venant de toute l'Espagne, ont eu lieu le 22 mars 2014 à Madrid.

Ces "neuf colonnes" rassemblent des Espagnols venus de tout le pays, qui a renoué avec la croissance (+1,4% en 2014) après six ans de crise mais reste meurtri, avec un taux de chômage de 23,7% et la moitié des jeunes de 16 à 25 ans sans emploi.