Mahmoud Abbas veut une enquête internationale sur la mort d'Arafat

Le président palestinien Mahmoud Abbas a assuré dimanche que les négociations de paix avec Israël iraient jusqu'au bout du délai imparti de neuf mois, «quoi qu'il arrive sur le terrain». M. Abbas a en outre demandé une commission d'enquête internationale sur la mort de Yasser Arafat.
07 août 2015, 12:02
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Le président palestinien Mahmoud Abbas se refuse à accuser Israël sans preuves concrètes.

Cette demande de commission d'enquête internationale sur la mort de Yasser Arafat intervient à la suite de la publication d'analyses médicales accréditant la thèse d'un empoisonnement.

«Nous avons des indices que le président Yasser Arafat n'est pas mort de vieillesse ni de maladie, mais il y a des indices qu'il est mort d'empoisonnement», a-t-il ajouté, résumant les conclusions d'analyses suisse et russe d'échantillons biologiques d'Arafat, remises au début du mois aux dirigeants palestiniens.

«Qui a placé ce poison et qui l'a envoyé, cela exige une enquête. C'est pourquoi nous demandons une enquête internationale sur le modèle de celui réclamé par la France pour (l'ex-Premier ministre libanais assassiné) Rafic Hariri, pour découvrir qui a tué Yasser Arafat», a-t-il poursuivi.

«Nous ne pouvons pas accuser Israël sans jugement», a estimé le président palestinien, en réponse à une question sur la responsabilité d'Israël. Le président de la commission d'enquête palestinienne sur la mort d'Arafat, Tawfiq Tiraoui, a désigné le 8 novembre Israël comme «le principal et unique suspect».

Démission pas acceptée

«Nous nous sommes engagés à poursuivre les négociations pendant neuf mois, quoi qu'il arrive sur le terrain. Nous nous sommes engagés et nous irons jusqu'au bout des neuf mois, et ensuite nous prendrons la décision appropriée», a déclaré M. Abbas lors d'une interview à la Mouqataa, siège de la présidence à Ramallah.

Il a précisé que l'équipe de négociateurs dirigée par Saëb Erakat, qui a récemment remis sa démission collective, restait en place jusqu'à nouvel ordre.

«La délégation aux négociations a présenté sa démission, que nous n'avons pas acceptée jusqu'à présent. La direction palestinienne l'étudie, aujourd'hui il y a eu une réunion de cette direction qui a porté notamment sur cette démission, mais elle a décidé de se donner plus de temps pour décider», a expliqué M. Abbas.