Malte: un avion de reconnaissance s'écrase peu après son décollage, 5 Français tués

Lundi matin, peu après le décollage, un avion qui effectuait des missions de reconnaissance au-dessus de la méditerrannée s'est écrasé à l'aéroport de Malte. Les 5 passagers, dont 3 employés du ministère français de la défense, y ont perdu la vie.
24 oct. 2016, 10:33
/ Màj. le 24 oct. 2016 à 18:15
L'avion s'est écrasé peu après son envol, vers 6 heures 20 lundi matin.

Trois employés du ministère français de la défense ont péri lundi lors du crash de leur petit avion au décollage sur l'aéroport de Malte. L'appareil effectuait des missions de reconnaissance en Méditerranée. Deux employés, également français, d'une compagnie d'aviation privée ont aussi succombé.

L'appareil s'est écrasé quelques secondes après son décollage vers 7h20. "Nous pouvons confirmer que les cinq personnes à bord sont décédées", a confirmé l'aéroport. Le gouvernement maltais a, de son côté, annoncé dans un communiqué que les dépouilles de cinq victimes françaises avaient été retrouvées sur le lieu du drame.

Immatriculé aux Etats-Unis et loué par la compagnie aérienne luxembourgeoise CAE Aviation, l'avion effectuait des missions de reconnaissance en Méditerranée, selon un communiqué du ministère français de la Défense. Ce dernier a toutefois refusé de préciser la destination de l'avion ou l'objet de sa mission de reconnaissance.

Le gouvernement maltais a pour sa part affirmé, avant le communiqué français, que le vol "faisait partie d'une opération de surveillance menée depuis cinq mois par les douanes françaises pour repérer les routes de trafics d'êtres humains et de drogues en particulier".

Il s'agissait d'un vol local. L'avion devait revenir à Malte au bout de quelques heures, "sans atterrir dans un pays tiers", a ajouté le communiqué maltais.

La télévision de Malte a publié une vidéo qui montre l'appareil vriller et s'écraser.

 

Pas d'explosion

Plusieurs enquêtes ont été lancées pour tenter de déterminer les causes du drame. "Des information officielles, des images et des témoins, dont trois militaires maltais se trouvant dans les casernes alentour et deux pilotes civils ont clairement indiqué qu'il n'y avait pas eu d'explosion avant l'impact", a assuré le gouvernement.

 

L'aéroport international de Malte, une destination touristique prisée à l'automne, a été fermé après le crash. Mais le terminal n'a pas été évacué et les vols ont repris en fin de matinée.

 

Deux vols au départ de Malte ont dû être annulés, tandis que les autres ont accusé plusieurs heures de retard. En revanche, 13 vols ont été détournés en direction de la Sicile, pour la plupart vers Palerme.

 
par Mouna Hussain