Manifestation pro-islamiste dispersée sans ménagement par la police tunisienne

La police tunisienne a dispersé à l'aide de gaz lacrymogènes dimanche des manifestants pro-islamistes rassemblés à Gafsa, au centre de la Tunisie. Les protestataires dénonçaient une grande réunion d'un parti laïque d'opposition honni du pouvoir.
07 août 2015, 11:12
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Les protestataires dénonçaient une grande réunion d'un parti laïque d'opposition honni du pouvoir.

"Dégage espèce de pourri", ont scandé ces manifestants à l'adresse de Beji Caïd Essebsi, un ex-premier ministre post-révolutionnaire, chef du parti Nidaa Tounès et opposant farouche à Ennahda, le mouvement islamiste qui dirige le gouvernement.

Le parti, accusé par Ennahda d'avoir réuni en son sein des cadres du régime déchu du président Zine El Abidine Ben Ali, est régulièrement la cible d'attaques de militants pro-pouvoir sans que les forces de l'ordre n'interviennent, selon ces opposants.
 
Fin décembre, des centaines de militants d'Ennahda et de la Ligue de protection de la révolution - LPR, sorte de milice pro-pouvoir - avaient attaqué un hôtel de Djerba où avait lieu une réunion de Nidaa Tounès. Les opposants avaient accusé alors la police de servir la cause d'Ennahda.
 
L'opposition tunisienne réclame depuis des mois la dissolution de la LPR, dont des membres sont accusés d'avoir lynché un militant de Nidaa Tounès et d'avoir attaqué le siège de l'UGTT, principal syndicat tunisien, en décembre. Le gouvernement s'y est jusqu'à présent refusé.