Manille va indemniser des milliers de victimes du dictateur Marcos

Le président des Philippines, Benigno Aquino, a signé lundi un texte de loi instituant un fonds d'indemnisation pour des milliers de victimes de la dictature de Ferdinand Marcos, 27 ans après sa destitution par la rue. Le montant fait débat.
07 août 2015, 11:02
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Le poète Bonifacio Ilagan est l'un des activistes emprisonné par le régime de Marcos.

Au total, près de 230 millions de francs seront distribués aux opposants du dictateur Marcos ou à leurs ayants droits.

Ces derniers avaient été tués, violés ou détenus entre décembre 1965 et 1986. Les réparations financières, qui constituent dans la monnaie locale dix milliards de pesos, ne "rattraperont pas le temps volé aux victimes de la loi martiale" mais elles contribueront à "redresser les torts du passé", a déclaré Benigno Aquino à Manille.

"Nous pouvons assurer (les victimes) de la reconnaissance par l'Etat de leurs souffrances qui les aidera à panser leurs plaies", a expliqué M. Benigno dont la mère, Corazon, conduisit la révolution populaire qui mis à bas le régime de Marcos soutenu par les Etats-Unis. Ferdinand Marcos est décédé en exil à Hawaï en 1989.

Pour Loretta Ann Rosales, une opposante torturée qui dirige aujourd'hui la commission des droits de l'Homme des Philippines, l'indemnisation a surtout une valeur symbolique. "La loi est essentielle pour réparer les crimes de la dictature de Marcos", a-t-elle déclaré.

Sur des comptes en Suisse

Marie Hilao-Enriquez préside, elle, une association de victimes de Marcos qui rassemble au total dix mille personnes. Elle estime dérisoire le montant individuel de ces indemnisations. "Il y a tant de victimes que quand on divise les compensations, il ne reste pas grand chose", selon elle.

Un "conseil d'indemnisation" sera chargé d'étudier les dossiers au cas par cas dans les six mois qui viennent, et de fixer la somme allouée à chacun d'entre eux.

Le fonds est financé par quelque 600 millions de dollars (560 millions de francs) détournés par Ferdinand Marcos, placés sur des comptes numérotés en Suisse et récupérés depuis par le gouvernement philippin. Par ailleurs, Manille estime que seuls 4 milliards de dollars sur les 6 milliards confisqués par Marcos ont été recouvrés.