Merkel et Monti appellent à ne pas baisser la garde face à la crise de la dette

Le chef du gouvernement italien Mario Monti et la chancelière allemande Angela Merkel ont appelé mardi à Rome à ne pas baisser la garde, même si la crise de la zone euro n'est plus dans sa phase la plus aiguë. Ils ont dit vouloir agir pour stimuler la croissance européenne.
05 août 2015, 15:53
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
merkel-monti

Même si «la phase la plus aiguë de la crise financière semble  dépassée (...) on ne peut absolument pas se relâcher ni du point de  vue des politiques intérieures (...) ni du point de vue des  politiques européennes», a souligné M. Monti.

En ce qui concerne l'Italie, la situation d'»urgence» n'est pas  finie, «le défi continue», a-t-il averti même si les taux d'emprunt  du pays ont chuté depuis le début de l'année.

«L'Europe a bien avancé sur la route de la montagne mais ne l'a  pas encore franchie», a souligné pour sa part la chancelière, en  notant que le monde observe l'Europe et qu'elle doit tenir les  promesses faites.

Après l'adoption du nouveau traité renforçant la discipline  budgétaire que Rome et Berlin veulent voir «rapidement ratifié», «il  faut que l'Union européenne entre dans une phase dans laquelle elle  prête une attention analogue aux politiques de croissance», a ajouté  M. Monti.

Il a jugé nécessaire pour cela la mise au point d'un cadre  politique similaire au «fiscal compact», le pacte adopté par les  pays européens en matière de discipline budgétaire.

«Il y aura d'autres montagnes à escalader»

«La crise a mis nos faiblesses devant nos yeux», a souligné  Angela Merkel estimant elle aussi que l'Union européenne a «besoin  d'emploi, de croissance, de compétitivité». La chancelière a  souligné que la concurrence devient «de plus en plus forte» et que  «l'Union européenne doit se défendre face aux pays émergents».

M. Monti a annoncé la tenue «l'été prochain d'un sommet italo- allemand» et Mme Merkel a précisé qu'il serait l'occasion de  «préparer l'Europe de l'avenir», en mettant au point des instruments  et en se fixant «des objectifs précis» pour «créer davantage  d'emplois notamment pour les jeunes», pour favoriser l'innovation et  la mobilité de l'emploi.

«Nous avons besoin de plus d'Europe et pas de moins d'Europe», a- t-elle dit, en appelant à «renforcer les institutions» et le marché  intérieur, notamment dans le domaine de la compétitivité. Et tout  cela sans lâcher de lest en matière budgétaire, ont souligné aussi  bien Mme Merkel que M. Monti.

Pour la chancelière, l'UE a beaucoup de pain sur la planche: «il  y aura d'autres obstacles, d'autres montagnes à escalader dans les  prochaines années et nous ne pouvons pas dire: ça y est, on est  arrivés».

Interrogé sur la taxe sur les transactions financières, M. Monti  a assuré que Rome et Berlin étaient sur la même ligne.

Pour le président du Conseil italien, une telle taxe «peut être  opportune dans cette phase historique» mais «pour être réaliste» et  ne pas entraîner de «distorsions», elle doit être appliquée «au  moins dans la zone euro ou dans l'ensemble de l'Union européenne».