Réservé aux abonnés

Noël amer pour la classe moyenne argentine

Un impôt sur l’achat de dollars fait craindre le pire. Et les Argentins restent méfiants par rapport à leur propre monnaie...
24 déc. 2019, 00:01
/ Màj. le 24 déc. 2019 à 00:01
DATA_ART_13281719

Pour nombre d’Argentins de la classe moyenne, le début du gouvernement de centre gauche d’Alberto Fernandez a un goût amer: en cette période de fêtes, ils ne s’attendaient pas à de nouveaux impôts sur l’achat de dollars, la monnaie préférée pour épargner dans ce pays.

Pour tenter d’endiguer la crise, le nouveau ministre de l’Economie, Martin Guzman, a récemment annoncé une série de mesures, dont une taxe de 30% sur l’achat de devises étrangères, sur les paiements et retraits à l’étranger avec une carte bancaire, ou sur les abonnements en dollars à des services comme Netflix ou Spotify.

Le mécont...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois