Obama peut devenir "le JFK des temps modernes", selon un expert

Si à la suite de grandes restructurations l'économie redémarre sur des bases solides, Barack Obama pourra être considéré comme le "John F. Kennedy des temps modernes", estime un auteur français.
06 août 2015, 15:02
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
obama_____

La réélection de Barack Obama pour un second mandat va lui permettre de poursuivre des réformes et un agenda progressistes sur le long terme. Huit années sous l'ère Obama vont asseoir le renouveau de la "gauche" américaine, selon le spécialiste des Etats-Unis Niels Planel.

Le président démocrate "a passé quatre ans à faire le ménage et sa victoire pour un second mandat est une chance pour continuer les réformes et aussi mieux les vendre", explique M. Planel, expert en politique américaine et consultant à Washington, dans un entretien accordé mercredi à l'ats.
 
Si à la suite de ces grandes restructurations l'économie redémarre, Barack Obama pourra être considéré comme le "John F. Kennedy des temps modernes", estime l'auteur français de deux essais sur le politicien afro-américain - "Sur les pas d'Obama: Le renouveau de la gauche américaine" et "Obamanomics: comment Barack Obama a réformé l'Amérique".
 
Démographie favorable aux démocrates
 
Pour Niels Planel, avec la présidence Obama, le Parti démocrate a un bon et possible long cycle politique devant lui. "Deux éléments sont en train de s'aligner actuellement et sont en faveur du mouvement progressiste: l'économie qui montre des signes de reprise grâce aux réformes d'Obama et l'évolution démographique", décortique l'expert.
 
Les segments de la population favorables aux démocrates sont en progression - femmes, femmes célibataires, minorités, jeunes et diplômés notamment - et ceux favorables aux républicains en baisse - séniors, ruraux, blancs et religieux notamment -, observe M. Planel. "En ce moment, l'offre de Barack Obama rencontre la demande de la population", analyse-t-il.
 
Le GOP doit recentrer son logiciel
 
Si en plus le Parti républicain "ne change pas son logiciel intellectuel et politique et n'opère pas un recentrage, il risque de perdre à nouveau en 2016 voire en 2020". "Le réveil est brutal pour les républicains, où l'on remarque aussi un vide intellectuel dans les think-tanks et instituts de réflexion de droite", juge le consultant.
 
Le frère de George W. Bush, Jeff Bush (ancien gouverneur de Floride) a déjà appelé le Grand Old Party (GOP) à ce recentrage pour l'avenir et un grand débat attend le parti, selon lui.
 
Le GOP devra se montrer plus généreux avec les minorités et notamment avec les hispaniques, poursuit le consultant. Si Barack Obama a gagné sa réélection, c'est aussi parce que le GOP et Mitt Romney ont perdu le soutien de ce groupe important et dynamique des Latinos, d'après lui.
 
Si cela continue comme ça, M. Planel prédit même que le Texas, toujours favorable aux républicains, pourrait devenir un Etat-pivot ("Swing State") à l'horizon 2020 ou 2024.
 
"L'Amérique a embrassé le futur"
 
"Les républicains étaient trop repliés sur une stratégie héritée des années Bush", affirme-t-il encore. La porte d'entrée pour le recentrage du GOP pourrait être la question de l'immigration. Mais l'éducation sera aussi un grand cheval de bataille nécessaire pour le Parti républicain, prédit Niels Planel.
 
En attendant, c'est vraiment le Parti démocrate qui colle le mieux actuellement à cet alignement économie/démographie, insiste-t-il. L'obstination du président Obama à passer des réformes libérales (au sens de "gauche" américaine) et une présidence sur huit ans vont permettre d'asseoir le "logiciel" progressiste et donc le renouveau de la gauche américaine, selon ce spécialiste.
 
Avec Barack Obama, "l'Amérique a embrassé le futur. Les Etats-Unis sont mieux armés pour affronter un monde globalisé", conclut M. Planel.