Plus de 19 000 tués dans les violences en Syrie

Plus de 19 000 personnes ont péri dans les violences en Syrie depuis le début de la contestation en mars 2011. Des combats avaient lieu dimanche à Alep et des bombardements à Damas.
06 août 2015, 10:27
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Les seules images de massacres perpétrés en Syrie proviennent de rares vidéos amateurs.

Les affrontements entre forces gouvernementales syriennes et rebelles ont fait plus de 19 000 morts depuis le début de la contestation en mars 2011, a indiqué dimanche l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Des combats avaient lieu dimanche à Alep et des bombardements à Damas.

Sur les 19'106 personnes tuées selon un dernier bilan, la majorité sont des civils (13 296). Selon le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, 4861 soldats loyaux au président Bachar al-Assad et 949 déserteurs ont été tués dans les violences.
 
L'OSDH, basé en Grande-Bretagne et dont les informations viennent généralement d'un réseau de militants et témoins en Syrie, ne fait pas de distinguo dans son bilan global entre les rebelles et la population civile. Le chiffre de 13 296, qui représente plus des deux-tiers des tués, intègre de simples civils ainsi que des civils ayant pris les armes pour rejoindre la rébellion.
 
L'Armée syrienne libre (ASL), fer de lance de la rébellion armée, est par exemple constituée de soldats ayant déserté et de civils ayant pris les armes.
 
Mesure par un général
 
"Le bilan n'inclut pas les milliers de personnes en détention" et dont les proches n'ont pas de nouvelles, a également ajouté M. Abdel Rahmane.
 
L'armée syrienne a lancé des assauts pour reprendre plusieurs quartiers de Damas et Alep, deuxième ville de Syrie, et des combats opposaient dimanche les troupes à des rebelles dans ces deux villes, selon des militants.
 
Un général syrien a lui traversé la frontière pour se réfugier en Turquie dans la nuit de samedi à dimanche, ce qui porte à 25 le nombre de généraux syriens déserteurs accueillis sur le sol turc, a déclaré un diplomate du ministère turc des Affaires étrangères.
 
La Turquie abrite par ailleurs quelque 43 000 réfugiés qui ont fui la violence en Syrie et sont hébergés dans des camps proches de la frontière. Des forces rebelles constituées de déserteurs syriens se trouvent également dans ces camps.