Plus de 2500 morts dans le séisme au Népal

Le bilan du violent tremblement de terre qui a frappé samedi le Népal s'est encore alourdi. Au moins 2500 morts et plus de 5400 blessés sont à déplorer. Le séisme a provoqué des nouvelles avalanches sur l'Everest.
07 août 2015, 15:21
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
In this photo provided by Azim Afif people approach the scene after an avalanche triggered by a massive earthquake swept across Everest Base Camp, Nepal on Saturday, April 25, 2015. Afif and his team of four others from the Universiti Teknologi Malaysia (UTM) all survived the avalanche. (Azim Afif via AP)

De violentes répliques ont secoué dimanche le Népal et sa capitale Katmandou, déjà très durement éprouvés, au lendemain du séisme dévastateur qui a fait près de 2500 morts. La communauté internationale accélère pour sa part son assistance au pays himalayen.

Selon le centre national des opérations d'urgence népalais, le tremblement de terre de magnitude 7,8 a fait 2430 morts et plus de 6000 blessés au Népal même, le plus meurtrier depuis 80 ans, selon un bilan encore provisoire dimanche soir.

En Inde, les autorités ont fait état de 67 morts, en majorité dans l'Etat oriental du Bihar. Dix-huit personnes ont trouvé la mort au Tibet, selon la presse officielle chinoise. Le tremblement de terre a aussi touché le Bangladesh.

Effondrement d'une tour

"Nous avons dépêché des hélicoptères dans les zones reculées. Nous fouillons les décombres des immeubles effondrés pour voir s'il y a des survivants", a déclaré le porte-parole de la police nationale, Kamal Singh Bam.

A Katmandou, des centaines d'immeubles ont été rasés et une partie de la ville est privée d'électricité. Le choc a provoqué l'effondrement de la tour historique de Dharhara, l'une des attractions touristiques majeures de la capitale, où environ 150 personnes devaient se trouver au moment du séisme, selon la police.

Une trentaine de corps ont été extraits des ruines ainsi qu'une vingtaine de blessés, a dit un responsable de la police locale, Bishwa Raj Pokharel.

Mobilisation internationale

Six membres du Corps suisse d'aide humanitaire se sont envolés dimanche matin pour le Népal. Ils doivent évaluer les besoins sur place, a indiqué un porte-parole du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Le DFAE avait indiqué la veille que la Suisse avait proposé "ses services aux autorités de Katmandou", précisant que Didier Burkhalter était informé en permanence des développements de la situation.

Les Etats-Unis ont annoncé l'envoi d'une équipe de secouristes et promis le déblocage immédiat d'une aide d'un million de dollars pour "répondre aux besoins urgents". L'Inde a de son côté envoyé des avions militaires avec du matériel médical et des équipes de sauveteurs à bord.

Deux avions russes transportant des sauveteurs devaient quitter la Russie dimanche, selon le ministère des Situations d'urgence. Des experts de l'Union européenne sont en train de se rendre dans les zones affectées. Berlin, Londres, Paris et Madrid ont aussi promis leur aide, la Norvège annonçant pour sa part le déblocage de 3,5 millions d'euros (environ 3,4 millions de francs suisses).

Le FMI s'est dit prêt à envoyer une équipe au Népal "dans les plus brefs délais afin d'aider le gouvernement à évaluer la situation macroéconomique et à déterminer les besoins financiers", en coordination avec la Banque mondiale et la Banque asiatique de développement (BAD) notamment.