Plus de 600'000 hectares de terres réclamés aux FARC

Le ministère de l'agriculture colombien somme les FARC de restituer 600'000 hectares de terres aux paysans qu'ils ont spolié depuis des dizaines d'années.
06 août 2015, 14:45
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Des paysans retirent leur vêtements militaires avant de retourner à leur ferme. Ils font partie d'une des nombreuses organisations paramilitaires de Colombie.

Des paysans ont réclamé plus de 600'000 hectares de terres en Colombie aux FARC, selon un bilan publié mercredi par le ministère colombien de l'Agriculture. Ils affirment en avoir été chassés par cette organisation de guérilla marxiste.

Ces réclamations s'inscrivent dans le cadre d'une loi adoptée par le gouvernement colombien en 2010, visant à restituer près de deux millions d'hectares de terres dont les paysans ont été spoliés par les groupes armés illégaux dans le pays, en proie à près d'un demi-siècle de conflit interne.
 
Parmi les demandes déposées par les paysans, 38% mettent en cause la rébellion marxiste des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) et représentent 662'448 hectares, selon le ministère. La majeure partie des spoliations de terres dont ont été victimes les paysans est toutefois attribuée aux milices paramilitaires d'extrême droite, créées pour combattre les groupes de guérilla et officiellement démobilisées depuis 2006.
 
3,5 millions de déplacés
 
Ce bilan est rendu public par les autorités quelques jours avant l'ouverture de négociations de paix entre le gouvernement de Juan Manuel Santos et les FARC, prévues à partir du 15 octobre en Norvège puis à Cuba. Fondées en 1964 dans la foulée d'une insurrection paysanne, la principale guérilla du pays compte encore, selon les autorités, environ 9000 combattants, essentiellement repliés dans les régions rurales.
 
Depuis un an et demi, environ 850'000 hectares de terres ont été remises de manière provisoire à plus de 30'000 familles. Mais dans la même période, plus d'une dizaine de leaders paysans, impliqués dans ce processus de restitution, ont été assassinés.
 
Au cours des quinze dernières années, entre 1,2 et 5,5 millions d'hectares ont été accaparés par les groupes issus des milices paramilitaires, les guérillas et les bandes de trafiquants. Plus de 3,5 millions de personnes ont été chassées en raison du conflit interne, ce qui fait de la Colombie l'un des pays au monde comptant le plus de déplacés, après le Soudan et à égalité avec l'Irak.