Pollution à Paris: circulation alternée en principe dès lundi

La circulation alternée à Paris sera appliquée dès lundi, sauf s'il y a baisse manifeste de la pollution d'ici là, a annoncé la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal. Elle a tranché vendredi soir après une polémique l'ayant opposée à l'écologiste Cécile Duflot.
07 août 2015, 15:13
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Le compromis annoncé par Ségolène Royal (à l'image) est loin des attentes de la maire Anne Hidalgo.

Les transports publics seront gratuits dès samedi en Île-de-France, a signalé Mme Royal. Le compromis est loin des attentes de la maire socialiste Anne Hidalgo, qui réclamait la mise en place de la circulation alternée dès vendredi, après plusieurs jours de forte pollution aux particules.

La ministre de l'Ecologie a mis en garde contre toute "décision intempestive" pour justifier la fin de non-recevoir opposée à la demande de Anne Hidalgo sur la mise en place de ce dispositif vendredi. Ce différend a poussé François Hollande à intervenir, pour annoncer qu'une décision serait prise en fin de journée.

"La pollution devait être réduite aujourd'hui et encore davantage les jours suivants. Tel n'est pas le cas. Donc, la ministre de l'Ecologie va travailler (...) pour savoir s'il y a un risque de pollution pour les jours à venir", a dit François Hollande à l'issue d'un Conseil européen à Bruxelles.

La circulation alternée consiste à n'autoriser que les véhicules dont le numéro de plaque est pair à circuler les jours pairs, et inversement. Une telle mesure n'a été prise qu'à deux reprises, en octobre 1997 et en mars 2014.

"Inconscience écologique"

Après avoir essuyé un premier refus, Anne Hidalgo a demandé vendredi la mise en place samedi "de la circulation alternée et du contournement de l'Île-de-France par les poids lourds de transit". "Ne pas mettre en place la circulation alternée c'est de l'inconscience écologique", avait estimé Cécile Duflot, ancienne ministre écologiste de François Hollande, sur Europe 1.

"Cette décision, je la trouve consternante et regrettable et même incompréhensible", a-t-elle ajouté. "Les conséquences sur la santé sont réelles, ce n'est pas un caprice de dire qu'il faut mettre en place la circulation alternée".

Sur son compte Twitter, Ségolène Royal avait répondu aux critiques de l'ex-ministre du Logement du gouvernement Ayrault. "Qu'est-ce qui a été fait de concret dans la circonscription où elle est élue pour le transport propre tous les jours ?", écrit-elle.

Amende de 22 euros

"Je sais bien qu'il y a des élections dans quelques jours, mais ce n'est pas une raison de perdre son sang-froid", a-t-elle ajouté un peu plus tard au micro d'Europe 1. "Il faut prendre des décisions respectueuses et raisonnables."

"Demander, du jour au lendemain, que l'on impose la circulation alternée à des gens qui habitent loin de Paris, qui doivent amener leurs enfants à l'école, aller travailler, faire des démarches pour trouver du travail, ce n'est ni raisonnable ni respectueux".

La préfecture de police de Paris a abaissé la vitesse de 20km/h sur les routes franciliennes vendredi. L'automobiliste contrevenant à la circulation alternée risque une amende de 22 euros (23 francs), avec immobilisation du véhicule, voire sa mise en fourrière.