Portugal: le budget du gouvernement rejeté, élections en vue

L’opposition de droite et la gauche radicale ont voté ensemble au parlement portugais pour rejeter le projet de budget pour 2022 du gouvernement socialiste. Ce refus ouvre la voie à la convocation d’élections législatives anticipées. Le Premier ministre Antonio Costa a exclu de démissionner de son propre chef.
27 oct. 2021, 20:33
/ Màj. le 27 oct. 2021 à 21:07
Ce refus ouvre la voie à la convocation d’élections législatives anticipées.

L’opposition de droite et la gauche radicale ont voté ensemble mercredi au Parlement portugais pour rejeter le projet de budget pour 2022 du gouvernement socialiste. Ce refus ouvre la voie à la convocation d’élections législatives anticipées.

A lire aussi: Portugal: un incendie a frappé pendant deux jours la région touristique de l’Algarve

Le Premier ministre Antonio Costa, au pouvoir depuis 2015 grâce au soutien des formations antilibérales, a exclu de démissionner de son propre chef, mais le président Marcelo Rebelo de Sousa a averti qu’il userait de son pouvoir de dissolution en cas d’impasse budgétaire.

Le rejet de la loi de finances, une première depuis l’avènement de la démocratie portugaise, en 1974, n’implique pas automatiquement la chute du gouvernement ou l’anticipation des élections prévues normalement pour l’automne 2023. Le chef de l’Etat, élu au suffrage direct et reconduit en janvier, dispose néanmoins du droit de dissoudre le Parlement, en vertu de son rôle d’arbitre en situation de crise.

«Si l’Assemblée n’est pas en mesure d’adopter un budget qui est fondamental pour le pays, il serait positif de rendre la parole aux Portugais pour qu’ils disent ce qu’ils pensent concernant une future assemblée», a insisté mercredi M. Rebelo de Sousa.

Consultations

«La dernière chose dont le pays a besoin (…), c’est d’une crise politique dans ces circonstances», a regretté le Premier ministre juste avant le vote marquant la fin de la fragile union de la gauche qui lui a permis de «tourner la page» de la politique d’austérité menée par la droite, en échange du plan de sauvetage international accordé au Portugal en 2011.