Proche-Orient: Netanyahu annule un vaste projet de colonies

Le projet de construire 20'000 logements de colons en Cisjordanie avait suscité mardi de vives critiques des Palestiniens. Benjamin Netanyahu a demandé à son ministre du Logement de "reconsidérer" ces constructions.
07 août 2015, 12:01
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
epa03940712 Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu makes a statement to the press about Iran after a meeting with US Secretary of State John Kerry at Ben Gurion Airport near Tel Aviv, Israel, 08 November 2013. Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu on 08 November lashed out at world powers for seeking to clinch an initial nuclear deal with Iran, as US Secretary Kerry was flying to Geneva to help secure an agreement. The five permanent members of the UN Security Council plus Germany are negotiating with Iran on short-term curbs to the country's nuclear programme in return for the suspension of sanctions. 'Iran got the deal of the century and the international community got nothing ... Israel utterly rejects it,' Netanyahu said after meeting Kerry at Tel Aviv airport, from where the US leader headed to Switzerland.  EPA/DEBBIE HILL / POOL

Le ministre israélien des Affaires stratégiques, Youval Steinitz, a appelé mercredi à une poursuite de la colonisation "de façon intelligente et coordonnée". Son intervention fait suite au gel par le Premier ministre Benjamin Netanyahu d'un projet record de constructions de 20'000 logements en Cisjordanie, qui avait soulevé un tollé.

"Le Premier ministre a raison lorsqu'il dit que dans une période aussi sensible, alors que nous essayons de persuader les Américains, les Européens et les Russes de corriger l'accord tellement problématique avec l'Iran, les choses doivent se faire en coordination avant tout avec le Premier ministre", a déclaré M. Steinitz, un proche du Premier ministre interrogé à la radio publique.

M. Steinitz a souligné que les constructions se poursuivaient à "Jérusalem-Est et dans les implantations". "Mais nous devons le faire de façon intelligente et coordonnée", a-t-il précisé.

Volant au secours du chef du gouvernement, il a estimé que sa décision de geler le plan annoncé par son ministre du Logement Uri Ariel était "une preuve de beaucoup de courage et de détermination, pas de faiblesse", contrairement aux opinions exprimées par certains membres de l'aile radicale du Likoud, le parti de la droite nationaliste de Benjamin Netanyahu.

Demande de reconsidération

M. Netanyahu a en effet demandé à son ministre du Logement de "reconsidérer" ces constructions, dont l'annonce avait suscité mardi de vives critiques des Palestiniens et "l'inquiétude" de Washington.

"Cette initiative ne contribue pas à la colonisation. Au contraire, elle lui porte tort. Il s'agit d'un geste inutile - légalement et en pratique - et d'une action qui provoque une confrontation non nécessaire avec la communauté internationale au moment où nous nous efforçons de persuader des membres de la même communauté de parvenir à un meilleur accord avec l'Iran", a reproché M. Netanyahu.

Le Premier ministre israélien a critiqué vivement le ministre du Logement, qui appartient à un parti d'extrême droite, le Foyer juif, très proche du lobby des colons. M. Ariel a accédé à la requête du Premier ministre, précise le communiqué.

Projet très critiqué

Ce projet de 20'000 logements de colons en Cisjordanie avait suscité mardi de vives critiques des Palestiniens. Ceux-ci s'étaient dit prêts à mettre fin aux négociations de paix si Israël ne revenait pas sur ces décisions.

A l'annonce de ce projet, les Etats-Unis avaient exprimé leur "surprise" et avaient "demandé" des "explications" au gouvernement israélien. "Nous sommes profondément inquiets", avait déclaré la porte-parole du département d'Etat. Washington rappelle périodiquement considérer la colonisation des Territoires palestiniens comme "illégitime".