Pussy Riot: le procès en appel repoussé au 10 octobre

Le procès en appel des Pussy Riot qui devait s'ouvrir ce lundi à Moscou a été repoussé au 10 octobre. Une des trois jeunes femmes a rompu avec ses avocats et se trouve donc sans défenseur.
06 août 2015, 14:44
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
La condamnation à deux ans de camp des Pussy Riot s'est accompagnée de nombreuses manifestations de soutien au groupe.

Le procès en appel des Pussy Riot a été reporté lundi au 10 octobre par le tribunal municipal de Moscou. Une des membres du groupe a annoncé avoir rompu avec ses avocats et se trouve sans défenseur.

"Le renvoi demandé par Ekaterina Samoutsevitch est accepté. L'audience est reportée au 10 octobre", a annoncé la présidente du tribunal, après une suspension d'audience.

Le procès avait commencé lundi matin sous protection policière renforcée, et en présence des trois jeunes femmes condamnées en août à deux ans de camp pour une "prière punk" anti-Poutine chantée en février dans la cathédrale de Moscou.

S'exprimant par microphone depuis une cage en verre dans la salle d'audience, Ekaterina Samoutsevitch a annoncé avoir rompu avec ses avocats en raison de divergences. Elle se trouve actuellement sans défenseur.

"J'estime inacceptable de poursuivre le procès si l'une d'entre-nous n'a pas de défenseur", a alors déclaré à son tour une autre des jeunes femmes, Maria Alekhina. La troisième, Nadejda Tolokonnikova, vêtue d'un T-shirt avec l'inscription de la guerre civile espagnole No Pasarán! (Ils ne passeront pas), a indiqué soutenir la position d'Ekaterina Samoutsevitch.

Nadejda Tolokonnikova, 22 ans, Ekaterina Samoutsevitch, 30 ans, et Maria Alekhina, 24 ans, ont été condamnées le 17 août à deux ans de camp chacune pour "hooliganisme" et "incitation à la haine religieuse".