Réservé aux abonnés

Quand Bruxelles caresse Ankara... à rebrousse-poil

La Commission vilipende une détérioration de l’Etat de droit en Turquie, mais loue sa gestion des flux.
10 nov. 2015, 22:56
/ Màj. le 11 nov. 2015 à 00:01

Ménageant la chèvre et le chou, la Commission européenne a une nouvelle fois accusé, hier, la Turquie de battre en brèche l’Etat de droit, tout en louant le rôle qu’elle joue afin d’endiguer les flux migratoires vers l’Union.

Bruxelles a présenté ses rapports annuels sur les progrès accomplis par le Monténégro, la Serbie, l’ancienne république yougoslave de Macédoine, l’Albanie, la Bosnie, le Kosovo et la Turquie en vue de leur adhésion à l’union. La publication de ces rapports, traditionnellement parsemés de critiques, a été volontairement retardée d’un mois, en raison des élections législativ...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonnés

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de 300 CHF par an