Réservé aux abonnés

Rangoun se rachète une conduite internationale sujette à caution

La démocratisation amorcée par la junte est récompensée, malgré ses ambiguïtés.
03 août 2015, 19:48
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_5505266

Thargyarmin, le roi des cieux, ne descendra pas sur terre cette année pour récompenser les bonnes actions et punir ceux qui ont péché. "Comme leur dieu aux deux parchemins, les Birmans ne savent plus où ils en sont" , explique Kwa Zwa Moe, universitaire birman en exil à Chiang Mai.

Déguisée en gouvernement civil, la junte birmane engrange les succès diplomatiques. Le président américain, Barack Obama, a annoncé qu'il dépêcherait la secrétaire d'État américaine, Hillary Clinton, en Birmanie, début décembre, mettant fin à cinquante ans de silence diplomatique entre les deux pays.

"Une lueur d...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois