Raul Castro réélu président pour un second mandat de 5 ans

Le président cubain Raul Castro a été réélu dimanche à la présidence du Conseil d'Etat, organe suprême de l'exécutif cubain. Il entame un second mandat de cinq ans.
07 août 2015, 11:02
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Le président cubain Raul Castro a annoncé hier une amnistie sans précédent.

Le président cubain Raul Castro quittera le pouvoir à l'issue de son second mandat, qui s'achève en 2018, a-t-il annoncé dimanche dans une allocution télévisée. Il venait d'être réélu pour cinq ans à la tête du pays par l'Assemblée nationale.

Le Chambre, dont c'était la séance inaugurale, a par ailleurs créé la surprise en désignant Miguel Diaz-Canel, étoile montante de la scène politique, en tant que premier vice-président.

Après avoir fait ses classes en province, ce membre du bureau politique âgé de 52 ans devient ainsi le prétendant le plus en vue à la succession de Raul Castro. Miguel Diaz-Canel assurera l'intérim si le président ne parvient pas à achever son second mandat.

"Ce sera mon dernier mandat", a déclaré Raul Castro âgé de 81 ans, qui a officiellement succédé à son frère Fidel en 2008. Il a souvent plaidé pour une limitation des fonctions dirigeantes à deux mandats de cinq ans.

Prévue normalement à l'horizon 2018 à l'issue de la législature, la succession pourrait être anticipée. Même si c'était sous forme de plaisanterie, Raul Castro a évoqué son possible retrait vendredi avec des journalistes.

Fidel Castro, chef historique de la révolution cubaine qui a pris le pouvoir en 1959, a assisté dimanche à la séance inaugurale de l'Assemblée nationale. Agé de 86 ans, il n'exerce plus de fonctions officielles, hormis celle de député.

Nouvelle génération

La composition du Conseil d'Etat était très attendue par les observateurs, qui scrutaient l'émergence d'une nouvelle génération de dirigeants. Les noms des six vice-présidents, en particulier celui du premier, faisaient l'objet d'une attention spéciale.

Miguel Diaz-Canel succède à José Machado Ventura, 82 ans, qui reste vice-président. Le commandant de la révolution Ramiro Valdes, 80 ans, et la contrôleuse générale Gladys Bejerano, 66 ans, ont également été réélus en tant que vice-présidents.

Deux autres personnalités font leur apparition à ce poste. Il s'agit de Mercedes Lopez Acea, première secrétaire du Parti communiste à la Havane, âgée de 48 ans, et de Salvador Valdes Mesa, 64 ans, secrétaire général de la Centrale des travailleurs.

Esteban Lazo, membre du bureau politique, cède quant à lui sa vice-présidence pour devenir président de l'Assemblée. Il succède à Ricardo Alarcon, qui a exercé cette fonction pendant plus de 20 ans. Six des sept membres du Conseil d'Etat siègent au bureau politique du Parti communiste, dirigé par Raul Castro.

Banc d'essai

L'Assemblée nationale ne se réunit que quelques semaines par an et délègue ensuite ses pouvoirs législatifs au Conseil d'Etat, qui fait aussi office d'exécutif par le biais du Conseil des ministres nommé par ses soins. Quatre-vingt pour cent des 612 députés sont nés après la révolution de 1959.

Après avoir lui-même fixé à deux le nombre maximum de mandats de cinq ans des principaux dirigeants, Raul Castro, 81 ans, devrait ainsi disposer d'un Conseil d'Etat préparant la relève de la génération historique des dirigeants à l'horizon 2018.

Pour les analystes, la prochaine législature sera un banc d'essai pour discerner la manière dont les candidats potentiels à la succession mènent les réformes lancées depuis 2008 par Raul Castro.