Retour au calme après des affrontements meurtriers dans l'Ouest

Le calme est revenu aujourd'hui à Vavoua, dans le centre-ouest de la Côte d'Ivoire, où des affrontements entre militaires et habitants ont fait six morts parmi des jeunes durant le week-end, ont rapporté des sources locales.
03 août 2015, 22:14
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39

«La situation est calme, tout le monde est sorti pour aller vaquer à ses occupations. Le marché est ouvert, l'école fonctionne normalement, les supermarchés et tous les bureaux fonctionnent», a déclaré Ivré Kouamé, mécanicien.

Des militaires des Forces républicaines (FRCI) «venus de Séguéla (ville à une soixantaine de km au nord) sillonnent la ville dans des 4x4», a-t-il ajouté. «Le calme est revenu ce matin», a confirmé un autre habitant.

Après la mort samedi soir d'un jeune lors d'une rixe impliquant une patrouille des FRCI, une marche de protestation sur la base militaire de Vavoua a viré au drame hier, les militaires tuant cinq jeunes gens, a indiqué hier soir l'état-major. Selon lui, des manifestants étaient munis de gourdins et de fusils.

Le chef de la patrouille impliquée dans l'incident de samedi ainsi que ses six éléments ont été mis aux arrêts et transférés à la gendarmerie de Daloa (50 km au sud de Vavoua), a précisé l'armée. Les autres éléments du cantonnement FRCI ont été transférés à Séguéla.

Des troupes de l'Opération des Nations unies en Côte d'Ivoire (Onuci) ont aussi été déployées à Vavoua depuis hier.

Les incidents, parfois meurtriers, impliquant les FRCI sont fréquents depuis la fin de la crise postélectorale de décembre 2010- avril 2011, qui a fait quelque 3000 morts et s'est conclue par deux semaines de guerre entre ex-rebelles soutenant le président Alassane  Ouattara et forces fidèles à l'ex-chef d'Etat Laurent Gbagbo.

La réforme de l'armée, avec la fusion des anciennes forces belligérantes, sera l'une des priorités du prochain gouvernement, attendu après les législatives du 11 décembre remportées à la majorité absolue par la coalition au pouvoir.