Rosetta rejoint la comète "Tchouri"

Comme prévu, la sonde Rosetta est arrivée mercredi à son point de rendez-vous avec la comète "Tchouri". L'engin va l'étudier sous toutes ses coutures.
07 août 2015, 14:03
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
epa04342519 An undated handout made available by the European Space Agency (ESA) on 06 August 2014 showing an artist impression of ESA's Rosetta approaching comet 67P/Churyumov-Gerasimenko. ESA state that Rosetta launched in 2004 will arrive at comet 67P/Churyumov-Gerasimenko on 06 August 2014. It will be the first mission in history to rendezvous with a comet, escort it as it orbits the Sun, and deploy a lander to its surface. Rosetta is an ESA mission with contributions from its member states and NASA. Rosetta's Philae lander is provided by a consortium led by DLR, MPS, CNES and ASI.  EPA/ESA / HANDOUT  HANDOUT EDITORIAL USE ONLY/NO SALES

La sonde spatiale européenne Rosetta a atteint mercredi à 09h29 GMT (11h29 suisses) son point de rendez-vous avec la comète Tchourioumov-Guérassimenko, a annoncé l'Agence spatiale européenne (ESA). L'engin va l'escorter pendant deux semaines vers le Soleil pour tenter de percer ses secrets. C'est une première scientifique.

"On est arrivé à la comète", a annoncé Sylvain Lodiot, responsable des opérations de vol de Rosetta à l'Agence spatiale européenne (ESA), depuis le Centre de contrôle de Darmstadt en Allemagne. C'est le premier engin spatial qui se met en orbite autour d'une comète.

Depuis son lancement de Kourou, le 2 mars 2004, Rosetta a fait cinq fois le tour du Soleil pour prendre de l'élan. Elle s’est approchée à trois reprises de la Terre, une fois de Mars et a survolé deux astéroïdes, effectuant sept milliards de kilomètres.

La mission Rosetta est prévue pour durer au moins jusqu'en décembre 2015, tandis que Tchourioumov-Guérassimenko passera au plus près du soleil en août 2015.

Rosetta emporte de la technologie suisse: un éventail d'instruments a été développé sous l'égide de l'Université de Berne. Plusieurs entreprises suisses, notamment RUAG, et le Laboratoire fédéral d'essai des matériaux et de recherche (EMPA) ont participé à leur construction.