Royaume-Uni: le résultat des élections est plus incertain que prévu après une campagne sous haute tension

La Première ministre britannique Theresa May et son opposant Jeremy Corbyn tenaient leurs ultimes meetings avant les élections législatives qui se dérouleront jeudi. La campagne électorale s'est déroulée dans un climat de haute tension, marquée par plusieurs attentats.
07 juin 2017, 21:43
/ Màj. le 07 juin 2017 à 21:45
Le chef du Parti travailliste participait à cinq événements de campagne à la veille des élections.

La Première ministre britannique Theresa May et son adversaire Jeremy Corbyn tenaient mercredi leurs ultimes meetings d'une campagne électorale exceptionnelle, marquée par des attentats en série. Le résultat des législatives de jeudi s'annonce plus incertain que prévu.

Les questions de sécurité se sont imposées au coeur de la campagne à la suite des trois attentats revendiqués par le groupe État islamique (EI) qui ont frappé le Royaume-Uni en moins de trois mois.

>> A lire aussi: Attentat à Londres: la première Ministre, Theresa May est critiquée après la libération de 10 suspects

Lorsqu'elle a convoqué ce scrutin anticipé le 18 avril, Mme May pouvait espérer élargir la majorité de 330 députés dont dispose son Parti conservateur à la Chambre des communes. Cela devait lui fournir une base politique et une légitimité consolidées avant d'entamer les négociations avec les Européens sur le Brexit, la sortie de son pays de l'Union européenne.

Mais, dans cette campagne, rien ne s'est passé comme le prévoyait la cheffe du gouvernement. Face à un électorat inquiet de la fréquence des attentats, le chef de file du Parti travailliste, Jeremy Corbyn, s'est emparé de la question sécuritaire. Il a habilement rappelé les 20'000 suppressions de postes auxquelles Theresa May avait procédé dans la police alors qu'elle était ministre de l'Intérieur, de 2010 et 2016.

 

 

Jeremy Corbyn a promis mardi de recruter 10'000 nouveaux policiers et 1000 agents supplémentaires pour les services de renseignements. En réponse, Theresa May s'est engagée à mener une politique de fermeté à l'égard de l'extrémisme et de renforcer les pouvoirs de la police.

Grande incertitude

L'écart de plus de vingt points qui séparait les deux formations en avril s'est réduit au point de voir les travaillistes talonner les conservateurs à la veille du scrutin. Certaines modélisations électorales prévoient que les conservateurs perdraient leur majorité absolue aux Communes.

Mais l'ampleur de ce recul reste impossible à déterminer avec certitude. Au moins cinq enquêtes d'opinion étaient attendues avant que les bureaux de vote ouvrent jeudi matin à 07h00 (08h00 en Suisse).

 

 

Pour la dernière journée de campagne, la cheffe du gouvernement participait à deux rassemblements. Lors d'un meeting à Norwich, elle a lancé un nouvel appel à ses concitoyens, leur demandant de lui accorder leur soutien afin qu'elle puisse défendre les intérêts britanniques à Bruxelles dans les prochains mois.

"Je pense que le choix et les questions que doivent se poser les gens lors des élections de demain sont exactement les mêmes que ceux du début de la campagne", a déclaré Theresa May . "Et la première question est de savoir à qui vous faites confiance pour avoir un gouvernement fort et stable capable d'obtenir le meilleur accord pour la Grande-Bretagne en Europe", a-t-elle ajouté.

Le chef du Parti travailliste réalisait de son côté une journée marathon, avec pas moins de cinq évènements de campagne à son programme. Il espère concrétiser dans les urnes la bonne dynamique que connaît son parti.