San Francisco: «Je viens de me crasher, je vais bien»

L'un des survivants de l'accident du Boeing 777 d'Asiana Airlines à San Francisco, David Eun, fournissait régulièrement des informations sur Twitter peu après le crash. Cette communication brute a été partagée des dizaines de milliers de fois.
07 août 2015, 11:33
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
This aerial photo shows the wreckage of the Asiana Flight 214 airplane after it crashed at the San Francisco International Airport in San Francisco, Saturday,  July 6, 2013. (AP Photo/Marcio Jose Sanchez)

L’avion s’écrase, il s’en sort indemne. Il quitte l’appareil, se retourne, sort son téléphone, prend une photo et tweete: «Je viens de me crasher à l’atterrissage à San Francisco, la queue de l’avion a ripé. Tout le monde a l’air d’aller bien. Je vais bien. Surréaliste.»

En quelques heures, David Eun, (@Eunner sur Twitter), un miraculé du vol 254 du Boeing 777 de la compagnie sud-coréenne Asiana Airlines, a vu son compte passer de 3000 à 29'000 abonnés en quelques heures.  En live sur Twitter, il a même refusé l’interview que lui proposait un journaliste de CNN, préférant se concentrer sur le crash. Il a ensuite régulièrement donné des informations brutes, en 140 caractères ni plus ni moins.

 

David Eun est le vice-président de Samsung aux États-Unis et était un cadre de Google et d’AOL. Plus tard, Sheryl Sandberg, directrice générale de Facebook, a annoncé sur le réseau social qu’elle aurait dû se trouver dans l’appareil. Elle a changé son billet au dernier moment et a atterri 20 minutes avant le crash. Elle a confirmé que David Eun se trouvait à bord et allait bien.

Le bilan fait désormais état de deux personnes décédées – deux adolescentes chinoises - et près de 50 grièvement blessées dans ce crash sur les 307 passagers que comptait l’appareil. L’avion s’est écrasé samedi 6 juillet en début de soirée alors qu’il était en phase d’atterrissage. Une vitesse d’approche trop lente semble être la cause privilégiée.

Une victime écrasée par les secours ?

Selon une information révélée par le San Francisco Chronicle, l’une des deux adolescentes décédées aurait pu être heurtée par un véhicule de pompiers qui se rendait sur les lieux alors qu’elle gisait sur le tarmac. Le chef des pompiers locaux, Joanne Hayes-White a confié qu’il était possible que «dans le chaos, l’un de nos véhicules ait ajouté des blessures.»