Réservé aux abonnés

Sanctions automatiques pour assurer la stabilité

Angela Merkel et Nicolas Sarkozy ont présenté les grandes lignes du nouveau traité.
03 août 2015, 21:08
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_5547454

Le traité voulu par Angela Merkel et Nicolas Sarkozy prévoit des sanctions automatiques dès lors qu'un pays de la zone euro ne respectera pas le pacte de stabilité. En d'autres termes, lorsque son déficit public dépassera 3% du PIB.

Depuis que cette règle existe, elle a toujours été allégrement piétinée par les pays européens. L'inscrire dans le traité aurait comme avantage de lui donner un statut juridique fort. Les sanctions n'ont pas vocation à être activées, mais le simple fait qu'elles existent doit inciter un pays à ne pas s'y risquer. "C'est la peur du radar sur une route ", note un e...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonnés

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de 300 CHF par an