Shangai: deux nouveaux cas de grippe aviaire, vingt infectés, six morts

De nouvelles mesures ont été prises dimanche à Shangai pour lutter contre le virus de la grippe aviaire H7N9, qui a fait six morts sur 18 personnes infectées, en interdisant les courses de pigeons voyageurs et la vente d'oiseaux d'agrément. La cité chinoise a également annoncé deux nouveaux cas d'infection.
07 août 2015, 11:12
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a écarté mercredi le risque d'une pandémie en l'absence de transmission d'homme à homme.

Le ministère chinois de l'Education a par ailleurs appelé les établissements scolaires à "protéger la santé" des élèves en leur apprenant l'importance de se laver les mains et en assurant l'hygiène dans les cantines.

Dix des 20 personnes infectées ont été déclarées à Shanghaï, dont quatre sont décédées. Deux nouveaux cas avaient été annoncés samedi, puis deux à nouveau ce dimanche.
 
Après avoir fermé les marchés aux volailles et ordonné l'abattage de dizaines de milliers de volatils alors que le virus H7N9 a été retrouvé dans des pigeons, les autorités ont annoncé sur le site internet de la ville l'interdiction des courses de pigeons voyageurs et le confinement de deux millions d'entre eux.
 
Agriculture intensive fustigée
 
La vente d'oiseaux sauvages comme animaux d'agrément a également été interdite, et les volières du zoo de la ville ont été fermées, selon le quotidien "Shanghai Daily".
 
L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a écarté mercredi le risque d'une pandémie en l'absence de transmission d'homme à homme, contrairement au précédent virus H5N1.
 
Dans un éditorial publié dimanche, le "Global Times", qui reflète généralement les vues de Pékin, a fustigé l'agriculture "intensive" qui selon lui accroît le risque de pandémies et la transmission de virus de l'animal à l'homme.
 
"Dans les régions côtières du sud et de l'est de la Chine, l'agriculture, et en particulier l'élevage, est devenue plus intensive et les populations sont également plus nombreuses", selon l'édition anglophone du journal.
 
Mesures généralisées
 
Nankin, la capitale de la province du Jiangsu, a annoncé samedi la fermeture de tous ses marchés aux volailles et la suspension provisoire du commerce des oiseaux vivants dans toute la municipalité, qui compte plus de 8 millions d'habitants.
 
Cinq personnes ayant contracté le virus H7N9, qui jusque là n'avait pas infecté l'être humain, sont actuellement hospitalisées à Nankin. A Hangzhou, capitale de la province du Zhejiang où ont eu lieu les deux autres des six décès, les autorités ont ordonné des mesures similaires.
 
Taïwan a déclaré deux cas suspects de H7N9 après le retour de voyageurs malades de Chine populaire. Les autorités attendent les conclusions définitives des examens, a précisé le Centre taïwanais pour le contrôle épidémiologique.
 
Plus de volaille vivante sur les étals
 
A Shanghai, les étals de volailles vivantes étaient vides samedi. Sur un marché du centre-ville, un agent en uniforme aspergeait du désinfectant à partir d'une bonbonne accrochée dans son dos tandis que les cages de deux stands de marchands de volailles étaient vides.
 
"Les gens sont inquiets", a expliqué Yan Zhicheng, un directeur d'usine à la retraite qui comme la plupart des personnes âgées en Chine se rend au marché quotidiennement. "Les Shanghaiens mangent beaucoup de canard et de poulet. Maintenant nous ne pouvons plus les toucher", a-t-il déploré.
 
La grippe aviaire la plus commune, appelée H5N1, avait fait plus de 360 morts dans le monde entre 2003 et le 12 mars 2013, d'après l'OMS.
 
La grippe H1N1, aussi appelée grippe porcine, s'était propagée de façon pandémique en 2009 et 2010, faisant au début plusieurs dizaines de morts au Mexique. Mais cette souche s'était finalement révélée moins mortelle à l'échelle de la planète que la plupart des grippes saisonnières.