10'000 manifestants réunis à Istanbul

Les 10'000 manifestants qui défilaient à Istanbul samedi soir ont dénoncé la responsabilité du gouvernement dans les attentats. En Suisse, près d'un millier de personnes étaient rassemblés à Zurich pour exprimer leur solidarité. Des rassemblements similaires ont eu lieu à Berne et à la Chaux-de-Fonds.
10 oct. 2015, 20:28
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
10'000 personnes ont protesté contre la violence samedi soir à Istanbul, suite au double attentat d'Ankara.

Quelque 10'000 personnes ont manifesté samedi soir à Istanbul, après le double attentat contre un rassemblement pour la paix de l'opposition à Ankara, a constaté un photographe de l'AFP. Elles ont dénoncé la responsabilité du gouvernement dans cette attaque.

Derrière une large bannière proclamant "nous connaissons les meurtriers", les manifestants ont conspué le président islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan et son Parti de la justice et du développement (AKP), au pouvoir depuis 2002.

"Erdogan démission !", "AKP assassin !" ou "la paix l'emportera", ont-ils scandé sur l'avenue Istiklal, la grande artère piétonne située au coeur de la partie européenne de la plus grande ville de Turquie. D'importants effectifs de police ont encadré le défilé, qui s'est déroulé sans incident.

Des rassemblements similaires ont été signalés dans l'après-midi, notamment à Diyarbakir, la grande ville du sud-est à majorité kurde de la Turquie, où des incidents ont éclaté entre les manifestants et la police, qui a fait usage de grenades lacrymogènes, selon l'AFP. L'agence de presse Dogan a également signalé des marches de protestation à Izmir (ouest), Batman, Urfa et Van (sud-est).

Selon le principal parti pro-kurde de Turquie, le HDP, au moins 97 personnes ont été tuées lors d'un double attentat-suicide qui a visé des militants de partis, syndicats et ONG de gauche proches de la cause kurde venus manifester près de la gare d'Ankara pour dénoncer la reprise du conflit kurde. Cet attentat est le plus meurtrier jamais recensé sur le sol turc.

 

Rassemblements en Suisse

"Stop à la terreur de l'Etat en Turquie", pouvait-on lire sur une des pancartes arborées sur l'Helvetiaplatz à Zurich dès 16h00 et dont une photo a été diffusée sur les réseaux sociaux. La manifestation s'est déroulée pacifiquement, a indiqué en soirée la police municipale.

Les manifestants ont ensuite défilé jusqu'à la gare avant de revenir à leur point de départ. Le parcours était autorisé et aucun incident n'a été signalé. Tout au plus la manifestation a-t-elle entraîné un certain chaos dans la circulation.

A Berne, une cinquantaine de personnes se sont déjà rassemblées en début d'après-midi. "Stop à la guerre, stop aux massacres", pouvait-on lire sur les banderoles brandies dans la capitale fédérale. Des prospectus accusaient pour leur part le gouvernement turc de soutenir des organisations terroristes et racistes non seulement de manière passive, mais aussi activement dans leurs projets.

A La Chaux-de-Fonds, une centaine de citoyens ont répondu vers 17h00 à l'appel d'un comité de soutien. Importante dans les Montagnes neuchâteloises, la communauté kurde a reçu le soutien du POP cantonal qui impute ces attentats à "la logique étatique mafieuse et terroriste du président Erdogan, lequel craint de perdre les élections", écrit le POP dans un communiqué.