St-Louis: dix-sept arrestations lors d'une manif anti-raciste

Accusées de rassemblement illégal, dix-sept personnes ont été arrêtées pour avoir refusé de se disperser à l'issue d'une manifestation anti-raciste organisée dimanche à St-Louis aux Etats-Unis.
07 août 2015, 14:19
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Dix-sept personnes ont été arrêtées dimanche à Saint-Louis, aux Etats-Unis, pour avoir refusé de se disperser à l'issue d'une manifestation organisée ce week-end contre le racisme et la violence policière

Dix-sept personnes ont été arrêtées dimanche à Saint-Louis, aux Etats-Unis, pour avoir refusé de se disperser à l'issue d'une manifestation organisée ce week-end contre le racisme et la violence policière, a annoncé la police. Elles sont accusées de "rassemblement illégal".

Les protestataires ont été placés en garde à vue alors qu'ils tentaient d'organiser un sit-in dans le parking d'une supérette. Le chef de la police a affirmé que les manifestants arrêtés avaient "lancé des pierres contre la police". Il a condamné leur "conduite illégale".

Les manifestants ont pour leur part nié. Ils ont accusé les policiers de s'être conduits comme des "hooligans", affirmant qu'ils avaient utilisé des sprays au poivre contre des gens qui filmaient le sit-in.

Des milliers de personnes participent depuis vendredi à des défilés dans les rues de Saint-Louis, placés sous le mot d'ordre de "Week-end de résistance", après le meurtre d'un jeune noir, Michael Brown, 18 ans, abattu par un policier blanc à Ferguson, une banlieue de Saint-Louis, en août dernier. Les manifestations devaient durer jusqu'à lundi.

Jeune homme désarmé

Selon la police, le policier a abattu Michael Brown après avoir été attaqué et parce que le jeune avait tenté de lui dérober son arme de service. Mais d'après des témoins, le jeune homme était sans arme et a été tué par balle alors qu'il avait les mains en l'air.

La mort de Michael Brown a provoqué deux semaines de violences urbaines à Ferguson, une banlieue à population majoritairement noire.

Mercredi dernier, la tension est remontée d'un cran après la mort, elle aussi provoquée par un policier blanc, d'un autre jeune noir, près du site où avait été tué Michael Brown.

La mort de Michael Brown a déclenché une discussion nationale sur le racisme et a conduit la justice américaine à ouvrir une enquête interne sur la police de Ferguson.