Syrie: au moins 44 civils ont été tués dans des raids aériens attribués à l'armée de l'air

Quelques heures seulement après que les négociations de paix ont à nouveau interrompues, 44 civils ont perdu la vie dans des raids aériens sur des marchés en Syrie. Ce massacre est probablement l'oeuvre de l'armée de Bachar Al-Assad.
19 avr. 2016, 17:40
/ Màj. le 19 avr. 2016 à 17:43
Le bilan, provisoire, s'élève à 44 morts sur les deux marchés visés.

Au moins 44 civils ont été tués mardi dans des frappes vraisemblablement menées par l'armée de l'air syrienne sur deux marchés dans la province d'Idleb (nord-ouest), contrôlée par le Front Al-Nosra. Un premier bilan faisait état d'une douzaine de morts.

Evoquant un "massacre", l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a rapporté qu'au moins 37 civils avaient été tués dans des frappes sur un marché aux légumes à Maaret al-Noomane. Sept autres civils ont péri dans des frappes sur un marché aux poissons à Kafranbel, d'après la même source.

Dans la même province, trois enfants ont été tués par des obus lancés par des rebelles islamistes sur le village chiite de Kafraya, l'un des deux derniers bourgs aux mains du régime de Bachar al-Assad.

La province d'Idleb est dominée depuis un an par le Front Al-Nosra (branche syrienne d'Al-Qaïda) qui est, comme l'Etat islamique, exclu de la trêve en vigueur depuis le 27 février entre régime et rebelle.

 

Suspension à Genève

Les raids sur les marchés, parmi les plus sanglants depuis le début du cessez-le-feu, sont intervenus après l'annonce par l'opposition en exil de la suspension de sa participation aux pourparlers de paix en cours à Genève. Elle accuse le régime de Damas de profiter des pourparlers pour continuer "à bombarder et affamer les civils".