Syrie: l'ONU vote pour le mécanisme d'entrée de l'aide humanitaire

L'entrée de l'aide humanitaire en Syrie a été avalisé ce lundi par le Conseil de sécurité des Nations unies, sans même l'accord du gouvernement.
07 août 2015, 13:57
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
"Le consentement des autorités syriennes ne sera plus nécessaire", a déclaré au Conseil l'ambassadrice du Luxembourg aux Nations unies Sylvie Lucas après le vote.

Le Conseil de sécurité des Nations unies a autorisé lundi l'entrée de l'aide humanitaire en Syrie, même sans l'accord du gouvernement syrien. Cela s'est fait via quatre points de passage aux frontières avec la Turquie, l'Irak et la Jordanie.

La résolution, adoptée à l'unanimité, met en place un système de surveillance pour 180 jours permettant de notifier aux autorités syriennes "la nature humanitaire" des convois qui seront constitués dans les pays voisins. Damas avait dit le mois dernier qu'il considérerait de telles livraisons destinées à des zones tenues par les rebelles comme des attaques.

Selon les Nations unies, environ 10,8 millions de personnes ont besoin d'une aide en Syrie et, parmi elles, 4,7 millions habitent dans des zones difficilement accessibles.

La décision prise lundi par le Conseil de sécurité fait suite à une résolution adoptée en février qui exigeait un acheminement de l'aide en Syrie qui soit rapide, sans obstacle et en toute sécurité. Cette résolution n'avait pas été suivie d'effet, selon les Nations unies.

Sans les autorités syriennes

"Le consentement des autorités syriennes ne sera plus nécessaire", a déclaré au Conseil l'ambassadrice du Luxembourg aux Nations unies Sylvie Lucas après le vote.

La résolution adoptée à l'unanimité par le Conseil de sécurité prévoit le passage de convois par Al Yaroubiyah à la frontière irakienne, Tal Chihab à la frontière jordanienne, et Bab al Salam et Bab al Haoua à la frontière turque. Les deux points de passage turcs sont aux mains des rebelles islamistes.