Syrie: un organisme arabe appelle au retrait des observateurs

Le Parlement arabe, un organisme relevant de la Ligue arabe, a appelé dimanche l'organisation à retirer "immédiatement" les observateurs déployés en Syrie.
03 août 2015, 23:30
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
130160521

Il estime que leur mission n'a pas empêché la poursuite de la répression brutale des manifestations pro-démocratie.

Les agissements du régime du président Bachar al-Assad "sont une violation claire du protocole de de la Ligue arabe qui prévoit de protéger le peuple syrien", a déclaré le président du Parlement arabe, Salem al-Diqbassi, dans un communiqué.

"Nous assistons à une escalade de la violence, davantage de personnes sont tuées y compris des enfants", a ajouté le chef de ce comité consultatif de 88 membres formé de parlementaires issus des 22 membres de la Ligue arabe.

"Le fait que cela se produise en présence d'observateurs arabes a suscité la colère des Arabes et réduit à néant l'objectif même de la mission exploratoire", a-t-il dénoncé. "Cela revient à couvrir la poursuite des actes inhumains commis par le régime syrien sous les yeux de la Ligue arabe".

Trop tôt pour partir

Réagissant à cette déclaration, un responsable de la Ligue arabe a dit à Reuters qu'il était trop tôt pour juger des résultats de la mission d'observateurs. Celle-ci doit rester un mois en Syrie et d'autres observateurs sont attendus dans le pays, a-t-il fait remarquer.

Ces déclarations surviennent alors que la Ligue arabe se prépare à envoyer jeudi une nouvelle équipe d'une vingtaine d'observateurs en Syrie, selon un communiqué de l'organisation.

Un premier groupe de 50 observateurs est arrivé le 26 décembre pour rendre compte de la situation en Syrie, conformément à un protocole arabe accepté par le pouvoir syrien. Ce protocole prévoit également l'arrêt des violences, la libération des détenus, le retrait de l'armée des villes et la libre circulation dans le pays pour les observateurs arabes et la presse.

Certains des délégués arabes qui s'étaient rendus en Syrie pour préparer la visite des observateurs avant l'arrivée de la première équipe ont regagné Le Caire dimanche. Le chef de la délégation, Samir Saïf el Yazel, s'est refusé à toute déclaration à son arrivée dan la capitale égyptienne. Toute nouvelle concernant cette mission sera annoncée par des communiqués de la Ligue arabe, a-t-il dit.

Poursuite de la répression

Mais la mission des observateurs n'a pas empêché le régime de poursuivre inlassablement la répression sanglante de la révolte populaire. Les violences ont fait huit nouveaux morts dimanche, selon des opposants. Depuis l'arrivée des premiers observateurs de la Ligue arabe le 23 décembre, au moins 286 personnes ont péri dans les affrontements et la répression des manifestations.

Le chef de la mission, le général soudanais Moustafa Dabi, a provoqué la fureur de certains observateurs en laissant entendre qu'il avait été rassuré par ses premières impressions à Homs, l'un des foyers de la contestation, où des dizaines de personnes ont péri dans des affrontements ces dernières semaines.

Malgré la poursuite des violences, les "jeunes de la Révolution" ont célébré le nouvel an 2012 par des feux d'artifice et des appels au départ de M. Assad, confronté depuis la mi-mars à une contestation sans précédent, selon des vidéos.