Terrorisme: l'église du prêtre français assassiné par l'EI est à nouveau ouverte

Des centaines de personnes ont assisté à la messe de réouverture de l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray, où un prêtre s'était fait assassiné par l'EI fin juillet.
02 oct. 2016, 18:21
/ Màj. le 02 oct. 2016 à 18:46
Des centaines de catholiques et de musulmans se sont réunis pour célébrer la réouverture de l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray.

Près de deux mois après l'assassinat d'un prêtre par des djihadistes, la petite église où il officiait, dans le nord-ouest de la France, a rouvert dimanche. Fidèles catholiques mais aussi musulmans tout aussi "touchés" par le drame étaient présents à la cérémonie.

Après une procession dans les rues de Saint-Etienne-du-Rouvray, des centaines de personnes se sont retrouvées devant l'église, où le père Jacques Hamel, 85 ans, a été égorgé le 26 juillet par deux jeunes radicalisés de 19 ans se réclamant du groupe Etat islamique (EI).
Dans une ambiance émue et recueillie, certains fidèles sont entrés à la suite de l'archevêque de Rouen, Mgr Dominique Lebrun, qui a aspergé d'eau bénite les murs, le sol et l'assemblée. D'autres sont restés dehors pour suivre sur un écran géant ce rite de "réparation", prévu pour "laver l'église" de sa profanation.
"C'est une nouvelle étape de la cicatrisation, de la convalescence", a dit à la presse le maire communiste de cette ville de 27'000 habitants, Hubert Wulfranc, qui espère pouvoir ériger un monument en mémoire du père Hamel.

Procès en béatification accéléré

En attendant, le pape François a accepté de raccourcir le délai avant une béatification du prêtre, a-t-on appris dimanche de sources au Vatican. D'ordinaire, un procès en béatification ne peut être ouvert que cinq ans après la mort.
L'attentat, le premier dans un lieu de culte catholique en Europe, était survenu moins de deux semaines après l'attaque djihadiste qui a coûté la vie à 86 personnes à Nice le jour de la Fête nationale.
Sous le choc, le pays avait fait bloc et des milliers de musulmans avaient rejoint les bancs des églises dans les jours suivants. Deux mois plus tard, l'imam de la mosquée de Saint-Etienne-du-Rouvray a souhaité faire revivre cet esprit de "fraternité" et a appelé ses fidèles à s'associer à la réouverture de l'église.