Trêve au Yémen non-respectée, de violents combats ont éclaté

Malgré une trêve de trois jours, de nouveaux combats ont éclaté au Yémen.
22 oct. 2016, 21:52
/ Màj. le 22 oct. 2016 à 21:55
Un graffiti peint sur un mur yéménite, lors du cessez-le-feu.

De violents combats entre rebelles chiites Houthis et forces progouvernementales ont éclaté samedi dans le nord du Yémen, fief des insurgés à la frontière avec l'Arabie saoudite. Ils se déroulaient en dépit d'une trêve de trois jours qui devait prendre fin en soirée.

Ces affrontements ont coûté la vie à un chef rebelle dans la province de Saada (nord), ont précisé des responsables militaires. Neuf rebelles et quatre soldats gouvernementaux ont également péri à l'ouest de Midi, ville frontalière de l'Arabie saoudite, selon des responsables militaires. Les combats ont éclaté avec la progression des troupes gouvernementales vers la ville en vue de la reprendre.

Des avions de la coalition arabe dirigée par Ryad, qui soutient les forces loyalistes, ont par ailleurs bombardé tard vendredi des lanceurs de missiles de rebelles présumés à l'est de la capitale Sanaa, sous contrôle des Houthis, a indiqué un de ces responsables.

Extension de la trêve espérée

Cette trêve de 72 heures était entrée en vigueur après des pressions internationales mercredi à 23H59 locales (22H59 suisses). Elle avait fait renaître l'espoir d'un possible règlement de ce conflit qui a fait plus de 6900 morts et déplacé plus de trois millions de personnes selon l'ONU.

Le médiateur onusien "a pris contact avec les parties pour trouver un accord sur une extension" du cessez-le-feu. Il a rencontré vendredi soir le vice-président yéménite Ali Mohsen al-Ahmar à Ryad, selon un média d'Etat yéménite.

M. al-Ahmar a affirmé qu'ordre avait été donné aux forces progouvernementales de "respecter la trêve et les efforts de l'ONU". Il a accusé les rebelles d'avoir commis 449 violations lors des 24 premières heures de la trêve.

Depuis le début du conflit, plus de 2'000 écoles ont été endommagées.