Tunis: les gardes du parlement étaient au café au moment de l'attaque

Au moment de l'attaque au musée du Bardo, il y a une "grande défaillance" au niveau de la sécurité. Les gardes du Parlement se trouvaient "au café".
07 août 2015, 15:13
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Les terroristes ont tiré sur les visiteurs du Musée Bardo.

Les gardes devant assurer la sécurité du parlement tunisien, mitoyen du musée du Bardo de Tunis qui a été visé mercredi par un attentat, étaient "au café" au moment de l'attaque. Le vice-président de l'Assemblée, Abdelfattah Mourou, a dénoncé vendredi une "grande défaillance" en matière de sécurité.

Mercredi, jour de l'attaque, "il n'y avait pas de police autour du parlement et autour du musée", a confirmé à l'AFP M. Mourou, qui est également l'un des fondateurs du parti islamiste Ennahda.

"Je suis le premier vice-président, j'ai appris (mercredi) qu'il y avait 4 policiers seulement qui devaient assurer la sécurité autour du parlement, dont 2 étaient au café. Le troisième mangeait un casse-croûte et le 4e ne s'est pas présenté", s'est-il exclamé.

"C'est une grande défaillance", a-t-il dénoncé. "Nous, on avait commencé à dialoguer avec les responsables de la police et de l'armée depuis 48 heures, c'est-à-dire avant cet acte-là. On avait commencé à entendre qu'ils n'avaient pas de matériel", a-t-il ajouté.

Le ministère tunisien de l'intérieur n'était pas joignable dans l'immédiat vendredi matin pour réagir à ces nouvelles révélations.

Après l'attaque de mercredi, le chef du gouvernement Habib Essid a reconnu des "défaillances dans tout le système sécuritaire", mais le chef de l'Etat Béji Caïd Essebsi a salué, lui, "la promptitude avec laquelle les forces de l'ordre se sont (rendues) sur les lieux et ont évité une catastrophe.

Trois victimes restent à identifier
 
Un troisième touriste français a été identifié parmi les vingt touristes étrangers tués mercredi dans l'attaque du musée du Bardo à Tunis. Le ministère tunisien de la santé a par ailleurs précisé vendredi que trois victimes restaient toujours à identifier.

Les morts identifiés sont désormais 4 Italiens, 3 Japonaises, 3 Français, un Colombien, un Australo-Colombien, deux Espagnols, une Britannique, une Belge et un ou une Polonais(e), a déclaré Naoufel Somrani, directeur de l'unité des situations d'urgence au ministère.

Un policier tunisien a aussi été identifié parmi les victimes. Il a été inhumé jeudi.