Turquie: écrivain-journaliste en prison pour insulte à Erdogan

Des insultes proférées sur Twitter à l'encontre du Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, ont valu à l'écrivain-journaliste, Önder Aytaç, d'être condamné à dix mois de prison avec sursis.
28 avr. 2014, 16:58
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
L'analyse de tweets permet de pronostiquer et géolocaliser certains quartiers.

Un tribunal d'Ankara a condamné lundi l'écrivain-journaliste turc Önder Aytaç à dix mois de prison avec sursis pour avoir insulté le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan sur Twitter, ont rapporté les médias locaux. M. Aytaç ne purgera sa peine qu'en cas de récidive.

Réputé proche de la confrérie du prédicateur Fethullah Gülen, le journaliste avait été brièvement placé en garde à vue par la police fin mars après la fuite retentissante sur internet d'une conversation confidentielle de responsables turcs sur la Syrie.

Spécialiste des questions de sécurité, Önder Aytaç, auteur et éditorialiste du journal d'opposition Taraf, était soupçonné d'avoir eu connaissance de ces enregistrements avant leur diffusion sur la plateforme d'échanges de vidéos YouTube.

Longtemps son alliée, l'organisation de M. Gülen est aujourd'hui l'ennemie jurée de M. Erdogan, qui la soupçonne d'être à l'origine des accusations de corruption qui éclaboussent son gouvernement depuis la mi-décembre.

Pour tenter d'enrayer la diffusion de ces accusations sur les réseaux sociaux, M. Erdogan a fait bloquer l'accès à Twitter puis à YouTube. L'interdiction de Twitter a été levée au bout de deux semaines sur ordre de la Cour constitutionnelle, mais celle de YouTube reste en vigueur, même si elle est largement contournée par les internautes.

Les organisations de défense de la liberté de la presse épinglent régulièrement le régime turc pour son "autoritarisme" croissant envers les médias.