Turquie: plus de 12 000 policiers suspendus après le coup d'Etat manqué

Les purges continuent en Turquie plus de deux mois après le coup d'Etat manqué. Le nombre de policiers suspendus se monte désormais à plus de 12 000.
04 oct. 2016, 10:11
/ Màj. le 04 oct. 2016 à 10:15
Le gouvernement opère une vaste opération de nettoyage des services de police.

Plus de 12'000 policiers turcs ont été révoqués en raison de soupçons de liens avec les réseaux du prédicateur Fethullah Gülen, en exil aux Etats-Unis. La direction de la police l'a annoncé mardi.

 

Sur les 12'801 révoqués, 2523 étaient commissaires de police, précise le communiqué des autorités. La force de police en Turquie compte quelque 270'000 hommes et femmes.

Depuis le putsch avorté, imputé à M. Gülen, en exil volontaire aux Etats-Unis depuis 1999, les autorités turques ont mené de vastes purges visant ses partisans présumés dans tous les secteurs de la société: armée, police, magistrature, administration, éducation, sport, milieux économiques ou médias.

 

Même les services de renseignements turcs (MIT) ont été ciblés dans cette vaste opération avec le limogeage de 87 de leurs membres. Selon un dernier bilan annoncé la semaine dernière, 32'000 personnes au total ont été arrêtées, et 70'000 font l'objet d'enquêtes.

L'annonce de la mise à pied des policiers survient au lendemain de la décision du gouvernement de prolonger de 90 jours l'état d'urgence en vigueur depuis la tentative de coup d'Etat.

La reconduction de l'état d'urgence doit être entérinée lors d'un vote au Parlement, mais il s'agit d'une formalité puisque l'AKP, le parti islamo-conservateur du président Recep Tayyip Erdogan, y détient une confortable majorité.