Un député français poignardé lors des cérémonies du 11 Novembre

Les cérémonies de commémoration du 11 Novembre ont été entachées dans le sud de la France par une attaque au couteau sur un élu. A Paris, le président français François Hollande a été hué.
07 août 2015, 12:00
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
François Hollande a été hué lors de sa remontée des Champs-Elysées pour le 11 Novembre.

Le député-maire UMP de Châteaurenard (Bouches-du-Rhône), Bernard Reynès, a été blessé lundi de plusieurs coups de couteau lors des cérémonies de commémoration du 11 Novembre, a-t-on appris auprès de la gendarmerie. Par ailleurs, François Hollande a été hué et 70 personnes interpellées à Paris.

Le pronostic vital de l'élu des Bouches-du-Rhône n'est pas engagé, a-t-on précisé de même source. Les faits se sont produits devant le cimetière de Châteaurenard, où un homme a porté trois coups de couteau dans le dos du député, blessant également deux autres personnes dont une adjointe de la municipalité.

L'agresseur, dont on ne connaît pas les motivations, a été interpellé et placé en garde à vue dans les locaux de la gendarmerie de Châteaurenard, une commune de 15'000 habitants dans le nord des Bouches-du-Rhône.

Hollande hué

Soixante-dix personnes ont par ailleurs été interpellées en marge des commémorations de l'armistice de la Première Guerre mondiale sur les Champs-Elysées, où François Hollande a été hué, a annoncé le ministre de l'Intérieur Manuel Valls.

Des heurts ont éclaté entre les forces de l'ordre et des manifestants dont certains ont scandé "Hollande démission" "Dictature socialiste", ou "Hollande, ta loi on n'en veut pas", un slogan entendu lors des manifestations des opposants au mariage homosexuel.

"Aujourd'hui sur les Champs-Elysées, quelques dizaines d'individus liés à l'extrême-droite, au Printemps français, au Renouveau français n'ont pas voulu respecter ce moment de recueillement et de rassemblement", a dit à la presse Manuel Valls, faisant état de la présence de personnalités du Front national sur les Champs-Elysées.

"Il y a par ailleurs eu des violences à l'égard des forces de l'ordre d'où les nombreuses interpellations qui ont eu lieu, 70", a-t-il ajouté, appelant à condamner avec "la plus grande sévérité" ces actes.

Certains des manifestants présents sur les Champs-Elysées portaient des bonnets rouges tandis que d'autres brandissaient des drapeaux français.

Vidéos amateures:

Vidéo bonus (un cavalier de la garde républicaine chute):