Réservé aux abonnés

Un nouvel allié encombrant

Le Laos, parti nationaliste, entre au gouvernement de Papademos.
03 août 2015, 19:25
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_5495391

Il est 18h30 quand le vote de confiance à main levée commence au Parlement grec: 255 députés se prononcent en faveur du gouvernement de coalition de Lucas Papademos et 38 contre, dont Christos Katsouras et Tsetin Mantazi, deux députés du Pasok, le Parti socialiste, majoritaire.

Tsetin Mantazi, issu de la minorité musulmane du nord de la Grèce, estime qu'il y a urgence: "Trente-huit ans après la chute du régime des colonels, c'est une bien triste évolution de voir que le Laos fait partie de l'exécutif" , affirme-t-il. Le Laos (Alerte populaire orthodoxe) est la formation d'extrême droite en G...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois